15 choses inutiles à savoir sur la Nouvelle-Zélande

Vous vouliez en apprendre un peu plus sur la Nouvelle-Zélande? Voici 15 anecdotes plus ou moins utiles sur ce pays, pour faire comme si vous aviez déjà visité le pays, sans jamais y avoir mis les pieds.

  1. Ici, voyager est synonyme de van. Il y en a des milliers, de toutes les tailles, de toutes les formes. Cela va de la voiture aménagée avec un matelas à l’arrière pour dormir (comme la nôtre) au gros camping-car (RV) tel qu’on le connait en Europe ou au Canada (surtout prisé par les familles et les retraités) en passant par les vans aménagés de toutes formes. Étonnement, nous n’avons vu que peu de Westfalia (un ou 2 max)!Il existe pas mal de campings le long des axes touristiques, allant du tous les services inclus (toilettes, douches, cuisines, électricité, eau courante et potable, etc.) à quasiment aucun (surtout dans les campings du DOC : toilettes sèches, eau à prendre dans la rivière et si tu es chanceux, un abri pour la pluie). Ce sont ces derniers que nous avons privilégié la plupart du temps car les moins chers (8$ par nuit et par personne) et nous choisissions des campings avec un peu plus de services quand nous avons besoin d’une douche (non, nous ne vous dévoilerons la fréquence à laquelle nous nous lavions! ahah!).
    On trouve également des « Dump Station » pour vider le caca des RV un peu partout ce qui est très pratique pour ceux qui en ont besoin et on trouve des toilettes absolument partout au bord des routes, dans les villes, même sur les plages isolées où le camping est autorisé, ce qui est bien pratiques pour les gens voyageant comme nous!Bien que nous ne soyons plus dans la haute saison et que les températures ont beaucoup chuté, il demeurait encore beaucoup de vans sur les routes et dans les campings. On imagine que cela doit être la folie pendant l’été et que ça doit être une bataille pour avoir une place dans les campings.
  2. L’essence est chère, très chère! Nous avons payé entre 2.09$ et 2.30$ le litre, sachant qu’un dollar NZ est équivalent au dollar canadien! Autrement dit, nous avons dépensé la même somme pour la location à proprement parler du van et de la voiture que pour l’essence pour les faire avancer (soit environ 1000$ d’essence pour 1 mois)! Ça fait mal!
  3. Le camping dit « sauvage » est autorisé à quelques endroit (ce sont en fait des emplacements gratuits) mais à condition que le van soit « self-contained ». Pour qu’il soit reconnu ainsi, le propriétaire doit posséder un toilette chimique à l’intérieur (en gros, un pot à caca pour adulte) et doit payer la certification pour une certaine durée. Bien sûr, tous les vans que nous avons rencontrés ont ce toilette stocké quelque part dans la cabine mais ne l’utilisent pas (ce que nous comprenons!), il leur donne simplement le droit de dormir gratuitement un peu partout!
  4.  En Nouvelle-Zélande, les auberges de jeunesses sont appelées « Backpackers ». Entre les deux, pas de différence, c’est juste l’appellation qui change!
  5. Petit point sur les catégories de touristes que nous croisons ici :
    Les chinois (ou autres asiatiques mais nous ne sommes jamais sûrs de les départager!). Eux voyagent principalement en bus dans les endroits les plus touristiques où les activités sont accessibles depuis le bout du parking. Si vous voulez les éviter, marchez un peu sur un sentier et ils disparaitront subitement! Ils sont super désagréables (te bousculent et marchent dans les endroits interdits- surtout quand il y a des panneaux pour le préciser!) et recourent à des pratiques bizarres : Cindy a vu dans une toilette de supermarché une dame tremper la brosse à toilette dans la cuvette et ensuite se frotter énergiquement la semelle de chaussure en inondant littéralement tout le sol (True Story)!
    Les gens en PVT (Working Holiday Visa) : Majoritairement des Allemands (en tête du podium) puis des français (les seconds sur le podium). Mais nous avons rencontré aussi un Tchèque et … ce n’est pas mal tout…
    Les touristes ordinaires, ceux qui sont comme nous quoi, ni chinois ni en PVT. En fait, dans cette catégorie, nous n’avons pratiquement rencontré que nous! Mais nous assumons que beaucoup des retraités que nous croisons sont peut-être dans cette catégorie-là, à moins qu’ils ne soient Néo-Zélandais…
  6. La principale économie du pays est le tourisme, suivi par l’agriculture : ils ont une grosse industrie laitière mais aussi pour la viande de bœuf, de mouton et de cerf. Ils exportent aussi pas mal de laine de mouton. En gros, quand tu te promènes au bord de la route, tu croises, des moutons, des moutons, des vaches, des moutons, des cerfs, des moutons, des moutons… Est-ce qu’on vous a dit qu’il y avait des moutons en NZ??? 😊
  7. Saviez-vous que le seul mammifère originaire de NZ est une chauve-souris? Incroyable quand on y pense! Tous les autres mammifères pouvant être observés aujourd’hui sur l’île ont été introduit par l’homme au fur et à mesure des époques.
  8. Nous trouvons des animaux morts au bord des routes tous les kilomètres. La majorité d’entre eux sont des possums, ces rongeurs aux yeux globuleux qui aiment se réfugier en hauteur dans les arbres. Puisque cet animal est considéré comme un fléau ici (il mange les œufs des oiseaux endémiques de NZ), il parait que le meilleur possum est celui que l’on trouve écrasé sur les routes. Dicton entendu sur la route:

    A good possum is a dead possum!

  9. Point géographique et géologique : Contrairement à ce que l’on pense, il n’y a pas 2 îles principales en Nouvelle-Zélande mais trois (nous ne comptons pas toutes les petites îles)! La 3e s’appelle Stuart Island et est située à l’extrémité sud du pays. C’est une petite île regorgeant de vie sauvage sur laquelle peuvent être observés des Kiwis (l’animal) à l’état sauvage.

    L’île du Sud abrite les Alpes du Sud (formées par la collision de deux plaques tectoniques) et est donc très montagneuse alors que l’île du Nord est beaucoup plus plate mais abrite les volcans encore actifs pour certains.La Nouvelle-Zélande est située juste au-dessus du point de rencontre de deux plaques tectoniques. À cet endroit existe un phénomène de subduction de la plaque pacifique qui passe sous la plaque australienne. Le volcanisme de l’Île du Nord ainsi que la formation de la chaine montagneuse des Alpes sur l’Île du Sud sont le résultat de ce phénomène qui donne aussi lieu à de nombreux séismes : Il est enregistré environ 15000 tremblements de terre par an en NZ (oui oui, vous avez bien lu!) mais seulement 100 à 150 sont assez importants pour être ressentis. De puissants séismes arrivent rarement mais occasionnent beaucoup de casse, nous avons vus beaucoup de chantiers en cours suite à des séismes importants (comme celui de 2011 à Christchurch et celui de 2016 à Kaikoura).
  10. Le fruit Kiwi, que l’on connait tous, s’appelait à l’origine « Chinese Gooseberry » mais les néo-zélandais ont commencé à l’appeler Kiwifruit en 1962 pour des raisons marketing d’exportation. L’appellation commerciale a été reconnue en 1974.
  11. Les habitants de Nouvelle-Zélande sont fièrement surnommés les Kiwis (même eux s’appellent comme ça) en référence à l’oiseau portant le même nom, symbole du pays et cela depuis 1917 (WWI). Ce surnom a d’abord été donné aux soldats de Nouvelle-Zélande impliqués dans le conflit puis est resté pour désigner les soldats des conflits subséquents. C’est après la seconde guerre mondiale que le terme s’est élargi à tous les Néo-Zélandais.
  12. Les éviers ont pratiquement tous deux sorties d’eau, une chaude, l’autre froide, mais positionnées aux deux extrémités du tout petit évier. Cela nous a laissé perplexe, on vous laisse voir la vidéo!
  13. Parlons bouffe maintenant! Il n’y a pas vraiment de grande gastronomie en NZ, ni de plat de spécialité si ce n’est les « pies » d’origine britanniques que nous retrouvons un peu partout (en gros, c’est une mini tourtière fourrée de viande, de fromage, ou autre). La nourriture est particulièrement sucrée et grasse.
    Nous avons eu beaucoup de mal en particulier avec les produits laitiers. Le goût des yaourts et du beurre est assez dérangeant et laissent un arrière-goût désagréable dans la gorge après consommation. Nous n’en avons donc que très peu mangé.
  14. En Nouvelle-Zélande, quand tu te balades dans les supermarchés et que tu passes à côté des pommes, ça pue littéralement le caca (oui, nous avons souvent répété ce mot-là!)!! Nous nous demandions d’où cette odeur provenait jusqu’à ce que 2 PVtistes français nous racontent qu’ils ont travaillé dans le ramassage des pommes et que l’odeur était insupportable à cause de tous les pesticides que les agriculteurs étendent sur le verger. À la fin de la journée, ils nous racontaient que leurs mains étaient complétement noires comme s’ils avaient fait de la mécanique toute la journée et que l’odeur sur les mains est restée pendant plusieurs jours à la fin de leur mission… Faites donc attention à ce que vous mangez, surtout si ce sont des pommes de NZ!
  15. Si tu pensais bien comprendre l’anglais avant ton arrivée au pays, tu te trompes! Accroches ta tuque parce que les néo-zélandais vont t’en faire voir de toutes les couleurs avec leur accent! Entre les contractions des mots, l’influence écossaise et la transformation du son È en I (Autrement dit, le mot « Left » se prononce comme le mot « Lift » et le mot « Pen » comme le mot « Pin »), ce n’était pas évident!

 


 

3 Commentaires
  • Gilda
    Posté à 15:09h, 09 mai Répondre

    Mmmmm miam miam les bonnes pommes BIO !
    Je pense qu’en France selon les régions c’est pareil !

    Maman !

  • Barbara Montfort
    Posté à 13:58h, 18 juillet Répondre

    On a du vous le dire à plusieurs reprises mais … woooow, la photo du mouton est extraordinaire!

    • Steven
      Posté à 17:31h, 18 juillet Répondre

      Tu es la première à commenter notre mouton, mais nous aussi on le trouve cool! 🙂 Au delà de la photo, le mouton lui même était sympathique!

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest