Noosa et l’île de Fraser Island – 48h sur K’gari

Noosa, la ville pour surfeurs chics

 

Parmi les villes le long de la côte Est australienne, Noosa est reconnue comme étant un excellent spot pour le surf, tout comme Byron Bay, mais dans une catégorie plus chic et huppée. C’est aussi l’une des villes servant de point de départ vers la fameuse île de Fraser Island (aussi connue sous le nom de K’gari, par le peuple aborigène Butchulla).

Pour information, entre Brisbane et Cairns, la majorité des voyageurs s’arrêtent aux mêmes endroits et tous les sites d’informations ou autres agences de voyages essayeront de vous vendre des excursions dans les mêmes endroits, à savoir :

  • Fraser Island
  • Whitsundays Islands

Absolument TOUT le monde ne vous parle que de ces deux points d’intérêts qui, à leur dire, sont tout simplement des incontournables! Cependant, quand vous commencez à regarder le prix des excursions, qui se déroulent sur 2 ou 3 jours, vous comprenez vite que votre budget va en prendre un coup si vous voulez les faire.

Sachant que 2000km séparent Brisbane de Cairns, on s’est demandé s’il n’y aurait pas autre chose que seulement deux arrêts vraiment incontournables… Ça ne fait pas un très grand ratio de points d’intérêts au kilomètre parcouru!

Tour du monde oblige, il faut faire des choix dans les activités! Nous avons donc fait un trait sur Whitsundays, qui est une croisière dans des eaux idylliques, et avons laissé une chance à Fraser Island.

Nous rejoindrons Noosa depuis Brisbane en bus, avec cette fois la compagnie Premier. On n’aura pas laissé une seconde chance à Greyhound et en plus, les billets étaient moins cher! Nous arriverons sous la pluie à Noosa.

 

Fraser Island : du sable blanc, des 4×4 et des Dingos

 

Fraser Island est la plus grande île de sable au monde (près de 120km de long) et est aussi la maison d’un animal endémique d’Australie : le Dingo! Cette île se parcourt en 4×4 uniquement et il existe des dizaines de compagnies pour s’y rendre. La plupart organisent des tours de 2 jours/1 nuit ou 3 jours /2 nuits, et concentrent le gros de leur clientèle sur les backpackers de 18-25 ans désirant se saouler et faire la fête… Autant dire qu’on a cherché longtemps avant de choisir notre tour et même de décider si on y allait vraiment.

Finalement, nous avons sélectionné DropBear Adventure,  compagnie basée à Noosa, qui semblait être la moins reconnue pour son aspect “drinking tour” et qui avait suffisamment d’avis positifs sur Tripadvisor et Google de ce monde.

Nous ne sommes pas des grands fans des tours organisés en général et nous avons une certaine appréhension sur le genre de touristes que l’on peut y trouver, peut importe l’âge des dits touristes. Mais pour Fraser Island malheureusement, hormis passer par ces agences de voyages, la seule autre option possible est de louer son propre 4×4, à vos risques et périls. Il y a de nombreux accidents chaque année et, en cas de problème, se faire dépanner peut coûter excessivement cher (ce qui est arrivé à un francais, comme nous le détaillerons plus tard dans cet article).

Parce qu’on aime ça les long articles, nous allons vous détailler notre aventure de deux jours sur cette île, du courage et de la patience dont il a fallu faire preuve, mais aussi des belles découvertes que nous avons faites. Peut être cela vous donnera le goût – ou pas- de venir découvrir ce bout de l’Australie.

 

Fraser Island (K’gari) : Jour 1

 

6h30 : Levés encore une fois au petit matin (décidément, nous n’arrêtons plus de nous lever tôt, au grand désespoir de Cindy!) pour embarquer dans la navette qui nous amène jusqu’au QG de Dropbear pour le briefing avant le départ sur l’île.

7h30 : Nous faisons la connaissance de la vingtaine d’autres touristes avec qui nous allons partager l’expérience 4×4 sur île de sable blanc. La moitié sont asiatiques, de Honk-Kong plus précisément (et s’avèreront être de bons collègues de discussions par la suite), les autres sont tous européens venant des pays classiques pour les backpackers : Anglais, Allemand, Néerlandais. Nous rencontrons aussi notre guide, Fuzzy, un homme dans la fin de la quarantaine qui semble plutôt rigolo !

Il est possible de conduire les 4×4 que nous allons utiliser pendant ces deux jours. Soi-disant que : “Vous devriez essayer, ca fait partie de l’expérience!” Cependant, à la lecture des termes et conditions et des frais à sortir de notre poche en cas d’accidents ou de problèmes avec les passagers, nous préférons passer notre tour et laisser les autres conduire.

8h30 : Il est temps de choisir une voiture, et donc, un premier pilote. Nous avons un convoi de 3 véhicules, dont un sera conduit par notre guide. Nous embarquons avec deux néerlandaises qui nous laisseront un goût amer de cette première partie du chemin, avec leur choix musical plus que discutable et leur conduite quelque peu…brutale! Heureusement le paysage un peu mystique le long de la plage sur laquelle nous roulons (à 80km/h) est impressionnant.

Rainbow beach fraser island

Nous arrivons deux heures plus tard à Rainbow Beach, dernier stop avant d’embarquer sur le traversier qui mène les véhicules sur l’île de Fraser Island.

11h : Nous arrivons sur l’île, accueillis par un Dingo! Quelle belle rencontre. Cet animal, mi-chien, mi-renard, qui est une espèce à part entière, est endémique d’Australie. Même s’il n’est pas agressif et semble plutôt mignon au premier coup d’œil, il faut tout de même garder une distance de sécurité car il peut attaquer comme tout animal sauvage. Malheureusement, trop de touristes essayent de le nourrir, ou pire, de le caresser! Cela les habitue à l’espèce humaine et ils finiront par devenir dangereux, allant même jusqu’à attaquer les enfants, ce qui obligera les Rangers à les abattre.

dingo animal

12h : Nous roulons jusqu’à notre campement, situé dans la partie sud de l’île. Propre et bien entretenu, ce site à un aspect un peu sauvage et le côté nature nous plait bien! Après une pause lunch, il est temps de partir découvrir l’intérieur de l’île.

route sable plage

13h30 : Nous changeons de voiture, pour embarquer avec Fuzzy, et nous ne changerons plus de places jusqu’à la fin du voyage! Au moins nous avons des explications sur l’île et son environnement, et sommes donc reparti enrichis de connaissances (et ça, on aime bien 😊 )

Le premier arrêt se fait au Lac McKenzie, un lac d’eau douce au bleu limpide, entouré d’une plage de sable blanc très fin. Le paysage typique de carte postale! L’eau est froide et Steven ne s’y trempera que les pieds, mais certains honk-kongais oseront la baignade complète.

“Qu’est ce que tu fais Cindy?” “Je fais jolie!”

15h : Rattrapé par la pluie, notre convoi se dirige maintenant vers la forêt tropicale qui pousse sur l’île.

Pour rappel, nous sommes sur un immense banc de sable. En théorie aucune végétation ne devrait pousser ici, puisqu’il n’y a que du sable! Cependant la légende a une explication à ce phénomène :

Lire la légende

Beiral, le grand Dieu dans le ciel, a créé tout le peuple. Mais après avoir créé le peuple, Beiral s’est rendu compte que les gens n’avaient pas de terre! Alors Beiral a envoyé un messager, Yendingie, pour résoudre le problème et créer des terres pour le peuple. Yendingie est descendu du ciel et s’est mis au travail pour faire la mer, puis la terre. Quand Yendingie est arrivé à ce qu’on appelle maintenant Hervey Bay, il avait un assistant – le bel esprit blanc appelé Princesse K’Gari.

K’Gari était une grande assistante, et a aidé Yendingie à faire les rives de la mer, les chaînes de montagnes, les lacs et les rivières. La princesse K’Gari a beaucoup aimé son travail et a travaillé sans relâche pour créer toute cette beauté naturelle.

Un jour, Yendingie fut inquiète et lui dit: «K’Gari, tu ferais mieux de te reposer, sinon tu seras trop fatigué pour continuer notre travail. Il y a des rochers là-bas dans la mer. Pourquoi ne vas-tu pas te coucher et dormir? Alors la princesse K’gari s’allongea sur les rochers et eut un long et profond sommeil. Quand elle se réveilla, elle dit à Yendingie: «Je pense que c’est le plus bel endroit que nous ayons jamais créé. S’il te plaît, Yendingie, puis-je rester ici pour toujours? “

” Oh non, K’Gari, je ne peux pas le permettre. Tu es un esprit, et tu appartiens à ce monde avec moi! “

Mais K’Gari l’a supplié,” S’il te plait, s’il te plait Yendingie … Je pourrais toujours regarder dans le ciel et voir ce que vous faites. J’aimerais rester ici. ”

Finalement, Yendingie était d’accord. “Vous pouvez rester ici, mais vous ne pouvez pas rester sous la forme d’un d’esprit. Je vais devoir te transformer. »

Il l’a donc transformée en une île magnifique. Pour qu’elle n’est pas froid, il l’a recouvrit de beaux arbres et des fleurs, et pour qu’elle puisse voir la beauté du monde et du ciel, il installa des lacs pour qu’ils lui servent d’yeux. Il créa des ruisseaux qui deviendraient sa voix, et des oiseaux, des animaux et des gens pour lui tenir compagnie. Il a donné à ces gens la connaissance et les lois, et leur a dit quoi faire, et comment procréer, afin que leurs enfants et leurs ancêtres soient toujours là pour garder la compagnie de K’Gari. Et elle est toujours là aujourd’hui, regardant le ciel dans l’un des plus beaux endroits sur la terre!

 

Bon, en vrai, il y a une explication scientifique un peu plus rationnelle à la formation de l’île et de ses arbres :

Un rocher présent dans l’eau a permis, grâce aux courants qui l’entoure, l’accumulation du sable derrière lui pendant des millions d’années. La végétation a pu se développer grâce à un champignon présent dans le sable, qui apporte tous les nutriments essentiels à sa croissance.

À vous de choisir quelle version vous préférez!

La forêt est incroyablement dense et les arbres sont gigantesques. Steven s’extasie devant l’un d’entre eux, qui ruisselle littéralement d’eau, lui donnant un beau reflet argenté. Nous découvrons aussi une plante tout à fait surprenante, qui s’accroche aux arbres, mais contrairement à un champignon, se développe indépendamment de l’hôte sur lequel elle s’installe.

Quoi de plus authentique que de visiter une Rainforest sous la pluie?

16h30 : De retour au campement, nous ferons la connaissance et philosophons sur la vie avec deux touristes allemandes bien sympatiques. Le soir, un bon souper nous attend. Autant vous dire qu’après un mois et demi en vadrouille, manger un steak est un festin!

20h : le propriétaire de DropBear Adventure viens nous faire une démonstration de didjeridoo, cet instrument aborigène qui serait l’un des premiers instruments créés par l’homme.

Petite info du jour pour se coucher moins bête : les femmes n’ont pas le droit de toucher un didjeridoo en bois, qui est considéré comme hautement sacré pour les peuples aborigènes.

 

Fraser Island : Jour 2

 

6h30 : il faut encore se lever tôt! Ce tour du monde n’est décidément pas de tout repos 😉 Le petit déjeuner est assez copieux.

7h30 : Nous remontons la plage sur la côte est de Fraser Island en 4×4, jusqu’à atteindre une petite rivière d’eau douce, venant de l’intérieur de l’île et se jetant dans l’océan. Il y en aurait plus d’un millier sur l’île! Nous allons nous baigner dans celle-ci, avec des grosses bouées gonflables. L’eau est fraiche mais une fois dedans, on se laisse flotter tranquillement et c’est plutôt pas désagréable!

C’est à cet endroit que nous avons rencontré le sosie de Jack Sparrow (mais si, vous savez le personnage de Pirate des Caraïbes), un français en vadrouille avec son 4×4, qui était bloqué ici depuis 24h. Le pauvre avait perdu ses clefs dans l’eau et ne pouvait plus repartir. Le dépannage sur l’île lui couterait 1600 AUD$ et il ne savait pas comment il allait se débrouiller… (notre guide dira : “If you dress like a pirate, you have to act like a pirate!” Et lui suggérera de voler une voiture 😊 ). On nous avait prévenu que les dépannages coutaient cher ici!

Jack Sparrow, en personne, aux côtés de son navire, en panne!

10H30 : Nous passons à côté de l’épave du Titanic, euh non, du SS Maheno, un ancien bateau de croisière néo-zélandais datant d’avant la première guerre mondiale, ayant servi comme bateau infirmier pendant la guerre. Par la suite, il a été revendu à des Japonais pour les matériaux mais un cyclone l’a fait s’échouer sur cette plage peu de temps après. Depuis plus de 80 ans, il attend ici et devrait disparaitre, complétement rongé par la rouille, d’ici 5 ans. En attendant, il continue de constituer une bonne attraction à touristes.

11h30 : dernière arrêt vers un autre lac, avec une rencontre animale fort intéressante. Un énorme reptile, de la taille de Godzilla (bon, peut être un peu plus petit), était en train de déterrer des œufs de tortue et de les avaler tout rond! Notre guide a essayé de le faire fuir mais Mr le lézard ne semblait pas du tout effrayé par la présence humaine. Il a pris la fuite seulement après avoir terminé son festin.

14h : Nous avons terminé notre séjour sur l’île en rentrant via une route chaotique à l’intérieur des terres. Secousses garanties! Arrivés au campement, nous avons embarqué nos sacs et il était déjà temps de repartir en direction de Noosa.

18h : Arrivé à Noosa, c’est avec plaisir que nous retrouvons notre tranquillité de voyageurs libre et indépendants mais nous sommes cependant heureux d’avoir vu cette belle île de sable et fait la rencontre de ce bel animal qu’est le Dingo.

 

Noosa, pas de koala en vue!

 

De retour sur la terre ferme, nous avons pris une journée pour randonner, au calme, le long de la péninsule dans le parc National de Noosa. Il y a plusieurs sentiers, mais nous avons préféré l’option de longer le littoral pour profiter de la vue sur l’océan. Les immenses plages avec leurs grosses vagues font encore une fois, le plaisir des surfeurs, tandis que les touristes se font dorer au bord de l’eau.

Au cours de ces 3 heures de marche, le paysage est très photogénique, et nous en profitons pour faire quelques pauses photos! Il faut dire que cela nous arrange quand même bien car la chaleur nous oblige à nous arrêter fréquemment. Cependant, Cindy attend patiemment à chaque arrêt et doit me rappeler à l’ordre dès que je passe trop de temps sur une image. 😊

Parc National de Noosa

Au milieu de la péninsule, une forêt d’eucalyptus accueille des koalas mais nous n’aurons pas la chance d’en voir ce jour-là… Il faut dire que ces animaux ne sont actifs qu’environ 15min par jour et le reste du temps, ils dorment! Difficile dans ces conditions d’en voir un en plein mouvement.

Nous aurons cependant la chance d’apercevoir depuis le rivage une baleine qui remontait vers le nord, une des premières à revenir de l’Antartique!!!

Nous arrivons juste à temps pour admirer le coucher de soleil sur la baie de Noosa et redescendons jusqu’en ville pour… manger une glace! Il faut faire de pauses gourmandes de temps en temps, on est à la plage après tout!

Parc National de Noosa

L’ambiance dans Noosa est plus proche de celle des stations balnéaires chics de la méditérannée. On ressent moins le côté un peu hippie et surfeur de Byron Bay. Mais la ville n’en reste pas moins charmante avec bon nombres de restaurants et des maisons toutes plus grosses les unes que les autres.

 

C’est ainsi que se termine notre séjour dans le Queensland, nous nous préparons maintenant à remonter en avion jusqu’à Cairns (2000km plus au nord) pour découvrir la grande barrière de corail. Némo, prépare toi, on arrive avec nos masques et tubas!

Notre pause préférée, les pieds dans le sable, au lac McKensie, Fraser Island

 

Conseils pratiques

Où dormir?

Dormir à Noosa :

  • Flashpackers Noosa : un peu à l’écart de la ville de Noosa Beach et à 1km des commerces les plus proches et du débarcadère de bus! Ils ont une navette qui emmèene au bus et à la plage plusieurs fois par jour, une grande cuisine agréable et l’auberge est calme, les chambres sont neuves et propres (l’auberge a tout juste 8 ans, on a soufflé les bbougies avec eux). L’entreprise DropBear Adventure nous récupère juste devant l’auberge. La nuitée est un peu chère par contre  (38AU$ par personne en dortoir de 4) et horaires de la cuisine pas pratique si on part tôt pour Fraser Island.

 

Activités

  • Fraser Island avec Dropbear Adventures : 360AU$ par personne pour 2j / 1 nuit. Pickup et Drop off à notre auberge inclus, repas et nuitée inclus. Un peu cher pour ce que c’est au final selon nous mais ce sont les prix du marché (normalement 395AU$ pour cette activité mais nous avons eu un rabais grâce à l’auberge de jeunesse de Byron Bay qui a fait la réservation pour nous).

 

 

1 Comment
  • GILDA
    Posted at 08:12h, 24 mai Répondre

    Merci pour toutes ces belles photos de plages !

    Gilda.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :