mékong river laos

Frontière Thaïlande-Laos et descente du Mékong

Nous sommes passés de la Thaïlande au Laos par les postes frontières de Chiang Khong et Huay Xai, séparés par le « pont de l’amitié » qui enjambe le fleuve du Mékong.

Passage de la frontière Thaïlande – Laos

Pour passer la frontière, rien de bien compliqué. Il s’agit de plusieurs petites étapes de transport différentes que vous avez le choix de payer individuellement ou bien d’acheter en package auprès de votre hôtel à Chiang Khong pour un prix qui revient pratiquement au même (un peu plus cher de quelques bahts). C’est cette dernière option que nous avons choisie.

Ainsi, dans notre package, nous avons eu le droit à :

      1. Le transport en mini van de l’hôtel jusqu’à la douane de Thaïlande (environ 11km en ce qui nous concernait).
      2. L’accompagnement au poste de douane de Thaïlande (un peu inutile car on est grands mais on apprécie quand même le service!)
      3. Le billet de bus de 20 bahts/ personne qui parcours le kilomètre et demi qui sépare la douane Thaïlandaise de la douane Laotienne de l’autre côté du Mékong.
      4. L’accueil par un Laotien à la douane qui nous accompagne dans le remplissage de nos formulaires d’immigration (ça aussi, c’est très faisable tous seuls quand on sait lire mais il nous a fait économiser de l’encre en nous indiquant les cases inutiles à remplir!).
      5. Le trajet avec la voiture du dit Monsieur depuis le poste frontière du Laos jusqu’au quai d’embarquement du Slow Boat (12 km plus loin) (faisable en tuk tuk ou taxi si on n’avait pas eu le package).
      6. Billet pour les 2 jours de slow boat pour rejoindre Luang Prabang (nuit intermédiaire à Pakbeng non incluse).
      7. Les sourires du côté Thaïlandais (personnel de l’hôtel comme les douaniers)
      8. Le tirage de tronche du côté Laotien (du guide qui nous a accueilli comme des douaniers!). Disons que la différence à été tout un choc et nous a mis dans l’ambiance pour les prochains jours!

Les documents d’immigration sont assez faciles à remplir puisqu’ils demandent les informations habituelles (Numéro de passeport, date et lieu de naissance, lieu de résidence, métier, etc). Nous n’avons pas eu à remplir l’adresse de l’hôtel où nous resterions au Laos. Une chance car nous n’en avions aucune idée!

Ensuite, dans la petite fenêtre du guichet de droite, on donne ce document rempli, notre passeport, une photo d’identité (pas de stress avec le format et la couleur du fond, ils prennent tout!) et on paye les frais de visa (30$US pour les français, 42$US je crois pour les canadiens). Si comme nous, vous passez la douane un weekend ou pendant les heures de pause, il vous sera demandé un supplément de 1$US par personne pour avoir osé déranger les douaniers un weekend!

Une belle magouille pensez-vous? Ben non voyons! Vous recevrez même un reçu pour ces frais extra payés! La meilleure!

Moins de 3 min plus tard, on nous rend notre passeport avec le visa Laotien collé à l’intérieur par le guichet de gauche! Rapide et facile!

Ces documents sont contrôlés par le douanier qui se trouve à la cabane un peu plus loin (ne faites donc pas comme moi en rangeant votre précieux passeport trop tôt!) et le tour est joué!

Slow Boat sur le fleuve Mékong

Le départ du slow boat étant à 11h30, il faut s’assurer d’être au quai une heure avant. Il est donc conseillé de passer la douane aux alentours de 8h-8h30 pour être sûr, s’il y a du monde, d’être dans les temps!

Une fois arrivés au slow boat, un beau bateau en bois tout en longueur, nous enlevons nos chaussures à l’entrée, entassons nos backpacks avec les autres à l’avant du bateau et c’est parti pour 2 jours de navigation!

Nous nous attendions à être seuls sur le bateau, comme nous l’avons été de partout ces derniers temps (saison des pluies oblige) mais nous sommes finalement une bonne trentaine de backpackers à bord ce jour-là avec quelques familles locales. Rien à voir cependant avec les bateaux bondés de 250 personnes pendant la haute saison de janvier-février!

mékong slow boat laos

Et c’est parti mon kiki!

Alors cette descente du Mékong? Comment on a trouvé ça?

Pour vous exprimer le ressenti de ces deux jours, le mieux est de vous laisser lire le texte poétique ci-dessous écrit par Steven, sur le fait, pendant la descente! On vous prévient, ça vient du cœur :

“Lorsque l’on évoque la descente du Mékong de Huai Xay jusqu’à Luang Prabang au Laos, on a en tête une exploration bucolique le long de l’un des fleuves les plus célèbres de la planète.

J’aimerais pouvoir raconter une histoire rocambolesque, ou tout du moins romancée d’une croisière lente et paisible sur le fleuve. J’aimerais pouvoir vous parler de ces pêcheurs qui colorent les eaux avec leurs fines barques à la recherche de quelques poissons dans les eaux troubles. J’aimerais vous faire écouter la tranquillité de la jungle laotienne et de ses centaines de nuances de verts.

 

Génération Y = Génération “J’en n’ai rien à foutre”

Mais je vais commencer notre récit par le bruit et la nuisance des backpackers européens sur le bateau, venant perturber la tranquillité de ce début de découverte du Laos. Je vais aussi vous parler de ces « blancs dodus» jouant à des Drinking Game dans la face des quelques familles laotiennes essayant de se reposer à l’avant du bateau.

Cette belle image de carte postale le long du Mékong est gâchée une fois de plus par des européens projetant une image négative de nos pays. Entre les enceintes bluetooth qui crachent une musique de boite de nuit et la douce voix de gens complétement saouls, l’image que renvoient nos collègues européens est forte dérangeante pour tout le monde autour d’eux. Non tu ne chantes pas mieux sur les chansons populaires quand tu es imprégné d’alcool!

Les regards ennuyés de certains autres touristes en dit long sur cette catégorie de voyageurs qui, pourtant, semblent avoir déjà fait le tour du monde trois fois lorsque l’on écoute leur discussion. Et que dire des laotiens qui semblent sans mot face à ce flot d’alcool ingéré et l’état d’ébriété avancé de tous ces blancs…

Je reste sans mot… ou alors un seul me vient à l’esprit :

PATHÉTHIQUE!

Oui ce serait surement le mot le plus juste pour décrire cette situation. Au fond de moi je ressens une certaine rage, ou tout du moins de la honte, car après avoir vécu comme immigré pendant 8 ans au Québec, nous avons toujours essayé de nous intégrer et de comprendre la culture locale. Et non de nous imposer avec nos valeurs et nos actions qui peuvent parfois choquer ou être mal interprétées.

À toi la génération Y qui veut visiter tous les pays du monde en 1 an et qui ne regarde même pas le paysage autour de toi :

RESTE CHEZ TOI! ESTIE!!!

Pour tous les autres touristes qui ont souffert de l’écoute prolongée des Spice Girls et des Destiny Child au cours de notre descente en bateau, je compatis avec vous… et j’essaye de me tenir le plus loin de cette partie de la population…”

 

Descente du Mékong – C’est tout de même magnifique!

Notre coup de gueule étant passé, nous pouvons tout de même décrire les paysages luxuriants que nous avons traversé au cours de ces deux journées. Le trajet peut sembler long avec le slow boat (7h de bateau par jour) mais notre curiosité sur le monde qui nous entoure nous a permis de découvrir cette partie du Laos et c’est passé assez vite!

De nombreux villages ponctuent la descente de la rivière et nous y effectuons parfois des arrêts avec le bateau, pour déposer ou récupérer des colis, des lettres, des matériaux et parfois des passagers, le bateau étant leur principal moyen de transport.

Ce fut 2 jours de paysages de forêts dense et de verdure – Le territoire est recouvert à 70% de forêts et seulement 4% de ses terres sont arables-, desquelles sortent parfois des nuages mystérieux. Les vaches et les chèvres en liberté paissent tranquillement le long du fleuve ou se reposent sur les plages de sable.

La première soirée, nous faisons un arrêt obligatoire au petit village de Pakbeng, où nous passerons la nuit dans une des nombreuses guesthouses qui vivent au rythme des slow boats. Bien sûr, nous sommes attendus avec impatience sur le quai par tous les rabatteurs qui veulent nous vendre leurs hôtels en nous mettant devant les yeux leurs affichent vieillottes aux photos décolorées (Tout ce qu’on aime!).

En ce qui nous concerne, nous avons marché 100m et avons visité les chambres d’une guesthouse – stratégiquement placée avec boulangerie juste en face!!- avant de réserver pour la nuit.

Le petit village de Pakbeng

C’est dans ce village que nous avons eu le premier contact avec la population Laotienne et sa pauvreté. Des familles entières intergénérationnelles vivent dans des maisons de terre couvertes d’un toit de tôle ou de feuilles, très sombres pour la plupart. Les enfants, très curieux, sortent le nez de leurs maisons pour nous lancer des “Hello” timides et certains nous approchent même afin de nous toucher la main, à notre plus grand étonnement. Cela nous sera d’ailleurs arrivé plusieurs fois au cours de nos deux semaines au Laos.

Le lendemain matin, c’est reparti pour un autre 7h de bateau (sur une embarcation un peu moins luxueuse), avec le même fond sonore désagréable de la veille.

Et c’est reparti pour 7h de paysages magnifiques à couper le souffle…

Coupes à blanc des forêts pour vendre le bois et transformer la terre en terre arable… Parfois au détriment de la biodiversité

Arrivés à Luang Prabang, le bateau se garde bien de nous débarquer au quai du centre-ville mais préfère déposer tous les touristes 6km en amont, où une fois encore, nous sommes attendus par des tuk-tuk complices qui nous conduiront jusqu’au centre-ville, près du marché de nuit (le prix est fixe : 20000 kip / personne).

C’est la première petite magouille du genre – destinée à nous soutirer plus d’argent- d’une longue série que nous rencontrerons au Laos et plus tard au Vietnam.

Temple caché dans la roche, à l’approche de Luang Prabang

Une belle rencontre sur le Mékong

Nous ne pouvons parler de la descente du Mékong sans parler de la belle rencontre que nous avons faite à bord du bateau!

Nous avons en effet fait la connaissance de Amélie et Maxime, un couple de français en voyage en Asie du Sud Est depuis 3 semaines et dont le but est de voyager 3 mois en Thaïlande, Laos, Vietnam et Cambodge.

Nous avons passé quelques jours avec eux au Laos par la suite, à Luang Prabang, Vang Vieng et Vientiane, puisque nous suivions le même parcours! Vous les verrez donc dans un prochain article!

Malheureusement, pour une raison de problème de santé de Maxime qui ne se sentait vraiment pas bien, ils ont dû écourter leur voyage 2 semaines plus tard pour rentrer à la maison afin qu’il reçoive les soins appropriés. Cela était la bonne décision à prendre, la santé étant le plus important!

Amélie, Maxime, on pense très fort à vous! See you très bientôt à Annecy!

 

CONSEILS PRATIQUES

OÙ DORMIR À PAKBENG?

  • Monsavanh Guesthouse : C’est là que nous sommes restés après avoir visité une seule Guesthouse, c’est à dire celle-là! Les chambres étaient propres, le lit confortable (Prix : 70 000kip= 11$CAD/chambre double sans air conditionné mais avec ventilo, sinon 100 000 kip). Pas vraiment besoin de réserver (sauf peut-être en haute saison), juste remonter à peine 100m sur la rue depuis le débarcadère et l’hotel se trouve sur votre gauche en face d’une boulangerie du même nom.

OÙ MANGER À PAKBENG?

  • Hasan Restaurant : Quasiment en face de notre guesthouse. C’est un restaurant de spécialité indienne et Laotienne. Très bon, on recommande! Après une journée de bateau, nous nous sommes faits péter la panse : Prix 76000kip =12$CAD pour nous deux avec soupe + plat + boisson.

PACKAGE POUR PASSER LA FRONTIÈRE THAÏLANDE – LAOS

  • Package acheté auprès de notre hôtel. Prix 1350 bahts/personne = 53$CAD. En prenant tout en séparé au lieu du kit, ça aurait couté environ 1150bahts/ personne = 45$CAD. Disons que nous avons acheté la tranquilité.
  • À noter que le prix du slow boat en lui-même est de 210 000kip/ personne soit 32$CAD. Le billet (si non inclus dans un package) est achetable dans une petite cabane en surplomb du quai d’embarquement.
  • IL EST FORTEMENT DÉCONSEILLÉ DE PRENDRE LE SPEED BOAT, qui relie le quai Huay Xai à Luang Prabang en 6h au lieu de 2jours! Le Mékong est un fleuve dangereux et le bateau est clairement trop petit pour aller à la vitesse où il va! Pour vous donner une idée, le pilote du bateau porte un casque de moto intégral mais ne comptez pas sur lui pour vous en fournir un! De plus, en cas de pluie, vous n’êtes pas abrité du tout et à la vitesse où ça va, vous serez fouettés douloureusement par la pluie. Bref, le slow boat, c’est bien et confortable!

TUK TUK POUR REJOINDRE LE CENTRE-VILLE DE LUANG-PRABENG

  • Prix fixe 20 000 kip / personne = 3.70$CAD. C’est très cher pour à peine 6km mais c’est non négociable. Si vous n’êtes pas trop chargés, vous pouvez marcher mais attention, dépendamment de la saison, il faut faire un grand détour pour traverser la rivière qui permet d’entrer dans le centre-ville de Luang-Prabang. Sinon marchez un peu et tentez de négocier la course avec un tuk tuk se trouvant plus loin, on ne sait jamais!

 


 

Tags:
2 Commentaires
  • Tatakathy
    Posté à 14:08h, 07 juillet Répondre

    Encore un article au top ! J’espère que vous comptez éditer un livre de ce merveilleux voyage autour du monde, que l’on puisse relire à volonté ! Les photos sont magnifiques et les articles rafraîchissants (cette description me rappelle quelqu’un ! Oui mais qui ? 🤔)
    Bises à vous 2 et prenez soin de vous 💕

    • Steven
      Posté à 15:13h, 15 juillet Répondre

      Oui c’est prévu de sortir un livre à la fin du voyage avec nos articles! Pour se souvenir de tout ca quand on sera vieux et sénile… 😉

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest