luang prabang unesco ville

Luang Prabang et son architecture coloniale

Petite ville de 50 000 habitants située en quasi ligne droite 210 km au Nord de la capitale Vientiane, nous avions beaucoup entendu parler de Luang Prabang par d’autres voyageurs mais nous n’avions aucune idée de ce à quoi ressemblait cette ville!

Avant de mettre les pieds au Laos, nous nous étions très peu documentés sur l’histoire du pays et sur les différentes villes importantes qu’il renferme (pas par manque d’envie hein!? Mais par manque de temps !!!). Ce fut donc toute une surprise de découvrir l’architecture coloniale des maisons de Luang Prabang, qui n’a rien à voir avec l’architecture asiatique habituelle!

Le centre-ville de Luang Prabang, partie la plus touristique de la ville, est assez petit et se parcoure aisément à pied. La ville est classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1995 et est ouverte au tourisme depuis 1990 seulement.

La présence française au Laos

Vous vous demandez surement : « Mais d’où provient une telle architecture coloniale »?

Petit cours Wikipédia pour tout vous expliquer :

En 1893, le royaume de Luang Prabang a été forcé d’accepter le protectorat français pour tout le pays. Comme il serait trop compliqué de vous expliquer pourquoi, on met ici le lien de la page Wikipédia qui vous en dira plus!

C’est ainsi que les gentils français ont reconstruit Vientiane, l’actuelle capitale du Laos, la dotant d’infrastructures, de routes et d’universités, et ont agrandi le Royaume de Luang Prabang en intégrant des provinces du nord et de l’ancien État de Vientiane. Et comme c’est à Luang Prabang que résidait le commissaire français, c’est à ce moment-là que la ville s’est dotée de son architecture coloniale.


Bien que le Laos soit indépendant depuis 1949, la présence française est encore bel et bien là!

Encore aujourd’hui, tous les travaux de développement des infrastructures de la ville sont financés conjointement par le gouvernement français et celui du Laos (Amis français, si vous vous demandez à quoi servent vos impôts, vous avez une partie de la réponse!).

La poste Laotienne s’appelle « La Poste » et les tampons « Par Avion » apposés sur les lettres sont écrit… en français! Le nom de tous les bâtiments institutionnels ou gouvernementaux sont écrits en Laotien et…en français! C’est assez facile pour nous pour comprendre quoi est quoi!

Et, on doit avouer que la présence française a quand même du bon pour plusieurs points :

  • La banque Franco-Lao fait -apparemment- des taux de change intéressants avec l’euro (ça ne nous a pas du tout servi mais bon, c’est ce qu’on a lu!)
  • Quelques boulangeries pâtisseries proposent de bons délices français comme on les aime (La boulangerie Banneton a été un bon réconfort lors des petits coups de mou culinaires…)
  • On peut savourer une vraie crêpe en dessert sur le marché de nuit!

 

C’est seulement en 1989 que le Laos ouvre ses portes au tourisme ce qui stimule la revitalisation de Luang Prabang. Les maisons de bois traditionnelles et maisons de maîtres coloniales sont alors restaurées, retrouvant leurs lustres d’antan, sous la forme de belles maisons d’hôtes, d’hôtels et restaurants pour répondre à l’offre touristique grandissante. D’ailleurs, puisque tout bâtiment est maintenant une maison d’hôtes, un restaurant ou un magasin de souvenirs, la ville a malheureusement perdu de son authenticité, ce qui est bien dommage.

Luang Prabang, repère des moines orange

La ville regorge de nombreux temples et monastères bouddhistes (qui recouvrent près d’un tier de sa surface !!) et est reconnue pour ses processions de moines (appelé Tak Bat) tous les matins à l’aube. Les moines, vêtus de leurs toges orange (Cindy se demande d’ailleurs ce qu’ils portent au-dessous !?) défilent en file indienne chaque matin dans les rues et ruelles pour récolter l’aumône des habitants, eux-mêmes alignés le long de la rue.

Les femmes n’ont pas le droit de regarder les moines dans les yeux et remplissent leur panier en position accroupie au sol. Les hommes, eux, peuvent rester debout, allez savoir pourquoi! À ce qu’on a compris, c’est surtout les femmes qui font la distribution de vivres aux moines.

Les moines n’ont pas le droit de gagner ni de dépenser de l’argent. De ce fait, tout ce qu’ils récoltent lors de leur aumône, principalement du riz collant, sera partagé entre les moines du monastère et constituera leurs repas de la journée (maximum 2 par jour).

Le défilé est devenu un véritable attrait touristique et des dizaines de mini-vans débarquent à 5h45 dans les rues pour décharger des hordes de touristes sur les lieux. Nous avons lu beaucoup de commentaires négatifs de visiteurs, semblent-ils respectueux des traditions, qui déplorent que des touristes (non respectueux) se croient au zoo, crient ou se mettent dans le chemin des moines pour faire des photos en gros plan sur leurs visages, choses qui vont totalement contre le principe d’une telle cérémonie religieuse.

La ville a donc dû mettre en place partout dans les rues de Luang Prabang des panneaux, histoire de rappeler les règles de bonne conduite à tous et chacuns. C’est quand même triste d’en arriver là!

Quant à nous, nous n’avons finalement pas assisté au défilé car, nous devons l’avouer… nous n’avons pas réussi à nous lever assez tôt!

Le marché de nuit de Luang Prabang

Le marché de nuit qui se tient tous les soirs au centre-ville de Luang Prabang n’est pas très grand et est plutôt très calme. Il est clairement destiné aux touristes car ne vend que des souvenirs, dont il est encore une fois difficile de départager entre le réellement « hand made in Laos » du manufacturé en masse en Chine.

Le seul point négatif du marché est que les tentes sous lesquelles se tiennent les stands sont trop petites, nous obligeants, nous, grands touristes occidentaux, à courber le cou pendant 500m de marché…

Pour manger sur le marché, il y a qu’une seule petite ruelle toute étroite, perpendiculaire à celle du marché qui abrite des stands de nourriture. Deux stands proposent des buffets de nourriture pour 15 000 kip seulement (on remplit son grand bol avec ce qu’on veut!) et un autre propose de bonnes soupes de nouilles!

Les stands proposant des crêpes sont quant à eux tous alignés à la sortie Est du marché : 10 000 kip une crêpe avec Nutella, c’est pas bon pour les orang outans victimes de l’exploitation de l’huile de palme mais ça fait tellement du bien au moral des gens qui en ont marre de manger du riz…

Le point Écologie: Le point écologique du jour concernera le marché de nuit. Nous avons eu la chance (ou la malchance) de traverser la rue du marché à sa fermeture, après avoir pris notre petite crêpe (une vraie en plus, ça a du bon la présence française!). La rue, après le départ des commerçants, ressemble tout simplement à un dépotoir à ordures. Les commerçants laissent au sol, sur place, tout plastique, boite, ustensiles, ayant servis à manger, boire ou autre pendant leur soirée de marché. C’est tout simplement dégueu, et pour nous européens, désolants. Certainement qu’une personne avec un balai et une petite charrette passera sa nuit à balayer les rues, et recommencera le lendemain. Ça créer de l’emploi me direz-vous! 😊 Allez, on vous met une petite photo pour la route!

Et c’est comme ça sur toute la longueur du marché!

Coucher de soleil au Mont Phousi

En plein centre de Luang Prabang se trouve le mont Phousi, une petite colline surplombée d’un temple (off course!) qu’il faut escalader par les centaines de marches d’escalier depuis le versant sud ou nord!

Comme rien n’est jamais gratuit, cela coûte 20 000 kip par personne pour pouvoir accéder au sommet. En gros, on a payé la vue parce que niveau temple, ils pourraient utiliser les bénéfices pour le restaurer… Une chance qu’il y avait là-bas en haut de jolis chatons (en plus de la horde de touristes chinois) qui nous ont gardés occupés en attendant le coucher du soleil!

Kuang Si Waterfall

À force de nous faire répéter 100 fois par jour la question « Tuk-tuk? Waterfall? » par tous les chauffeurs du dit véhicule que nous croisions (ou qui nous poursuivaient!), on s’est dit qu’il fallait quand même aller y jeter un œil à ces chutes d’eau!

C’est avec Amélie et Maxime, les super négociateurs en prix de tuk-tuk, que nous nous sommes rendus aux Kuang Si Waterfall. Ces cascades sont situées à une trentaine de kilomètres de Luang Prabang. Une chance que notre tuk tuk avait des semblants d’amortisseurs pour cette distance-là!

Si nous étions sceptiques à notre arrivée au parking des chutes (bondé et entouré de boutiques souvenirs attrapes-touristes), nous avons très vite changé d’avis et en avons pris plein les yeux devant ses eaux turquoise magnifiques, ses petits poissons gris clair tous mignons et sa végétation luxuriante.

C’est un très beau site qu’il faut privilégier tôt le matin car vers midi, les touristes lève-tard débarquent (Attention, défilé de maillots de bain sexy je te rentre dans les fesses!) et des dizaines de familles Laotiennes viennent pique-niquer au bord de l’eau.

Ça fait vite du monde!

Pour éviter la foule, nous sommes montés en haut de la grande chute, par le petit sentier qui part sur le côté gauche de celle-ci (quand on la regarde). Nous conseillons cette petite balade, vraiment plus calme (dès que ça devient un peu plus sportif, il n’y a plus personne!) et très charmante. En haut, il y a possibilité de faire un tour en barque de bambou pour 10 000 kip par personne dans un décor de jungle! Si nous n’avions pas eu RDV avec le chauffeur de tuk tuk à l’entrée du site quelques minutes après, c’est sûr que nous aurions fait cette petite balade romantique!

Cindy apprend à voler!

Cette source d’eau alimente tous les villages en aval et nous avons trouvé bizarre que la baignade soit autorisée en si grand nombre. Car qui dit baignade dans un site touristique dit contamination des eaux avec la crème solaire. L’eau doit avoir un drôle de goût dans les plaines…

Depuis 2003, le parc des chutes abrite le Bear Rescue Center, un sanctuaire qui accueille des ours à collier (Ours noir d’Asie) sauvés de la maltraitance alors qu’ils étaient enfermés dans des cages dans lesquels ils ne peuvent à peine bouger. Ces ours sont en effet capturés et enfermés pour qu’on puisse leur extraire, dans des conditions douloureuses, leur bile qui, une fois séchée, est très prisée des asiatiques. La croyance populaire lui accorde en effet une faculté de dissoudre les calculs biliaires et rénaux, de calmer les inflammations ainsi que des vertus aphrodisiaques. Ouais, tout ça!

Les ours sont visibles depuis le sentier dans leur enclos et semblent super relax. On a pris plaisir à les regarder jouer tels des enfants dans leur piscine. Les animaux sont fascinants!

On vous invite à faire, comme nous, un don à la fondation Free the Bears pour contribuer à la protection des ours d’Asie.

Avec Amélie et Maxime!

En conclusion, bien que le site des chutes Kuang Si ne respire aucunement l’authenticité, ce fut définitivement une des plus belles chutes d’eau que nous avons vue de notre vie! La présence des animaux est apaisante bien qu’inattendue.

 

On vous dit à très bientôt dans la suite de nos aventures au Laos, en direction de la ville de Vang Vieng et de ses paysages à couper le souffle!

waterfall

CONSEILS PRATIQUES

 

OÙ DORMIR À LUANG PRABANG?

 

  • Nocknoy Lanexang : En toute honneteté, c’est là que nous avons abouti après quelques minutes de recherches d’hôtels dans les rues de Luang Prabang, chargés commes des boeufs avec nos sacs et par 45°C à l’ombre. Du coup, on a pris un peu le premier hôtel qui avant un prix convenable pour notre budget. Les chambres sont propres mais malheureusement sentent l’humidité dû à la salle de bain. Ils proposent un service de machine à laver, comme partout au Laos et au Vietnam d’ailleurs. La propriétaire est très sympa et veut aider, mais n’accepte pas de négocier les prix de ses nuités 🙁 Petit déjeuner inclus mais le menu ne sert pas à grand chose car il est juste en anglais et les jeunes qui prennent votre commande ne comprennent pas cette langue donc on vous sert un peu n’importe quoi… Prix : 120 000 kip = 19$CAD par nuit pour une chambre double de 15 mètres carrés, c’est cher quand même!

 

OÙ MANGER À LUANG PRABANG?

 

  • Petite ruelle perpendiculaire à la rue du marché de nuit : Buffet, bonne soupe de nouilles, smoothies et petits gateaux à la noix de coco pour 15 000 kip = 2.5$CAD.
  • Stands de crêpes à la sortie Est du marché : Prix entre 10 000 et 15 000 kip=2.5$CAD la crêpe. Il est possible de commander des crêpes au fromage et banane ou fromage et chocolat. Le fromage étant de la Vache Qui rit!
  • Boulangerie La Banneton : pour manger un bon brunch ou de bonnes patisseries – viennoiseries. Les prix ne sont pas donnés (exemple : pain au chocolat 11000 kip= 1.75$CAD) mais ça fait tellement du bien au moral!

 

POUR SE RENDRE AUX CASCADES DU KUANG SI

 

  • Prendre un tuk-tuk au centre-ville (ce n’est pas ce qu’il manque) : Nous avons payé 160 000 kip =25$CAD pour nous 4 aller et retour, le chauffeur nous a attendu 3h sur le parking.

 


 

 

Tags:
1 Comment
  • GILDA
    Posté à 11:05h, 15 juillet Répondre

    Vous avez tellement l’air heureux !!!
    Ce voyage est tout simplement génial, les photos sont magnifiques,
    tu as beaucoup de talent Steven,
    Gil

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest