Île du Nord de la Nouvelle-Zélande

WELLINGTON, LA CAPITALE

Nous avons décollés de Christchurch (notre point de départ et d’arrivée sur l’Île du Sud) pour Wellington, la ville la plus au Sud de l’Île du Nord.

Le vol a duré 35 min, nous avons donc attendu plus longtemps l’avion à l’aéroport que ce que le vol a duré!

Nous avons passé quelques jours à Wellington, ville que nous avons trouvé très sympa et très animée. À noter que Wellington est la capitale du pays mais est également la capitale la plus au sud de la planète, cool Hein!?

Son musée gratuit Te Papa est très intéressant, très riche en contenu et l’exposition temporaire sur la bataille de Gallipoli dans laquelle la Nouvelle-Zélande a perdu beaucoup d’hommes pendant la première guerre mondiale (entre 14000 et 17000 hommes ont participé à cette bataille contre les turcs) était saisissante et est venue chercher une certaine émotion chez nous.

Nous garderons en mémoire les détails d’un réalisme surprenant des immenses statues de cire (2.4 fois la taille d’un humain) reproduisant des acteurs importants du conflit. À leur pied, nous nous sentions tout petit. Selon Google, il a fallu 24 000h pour fabriquer ces 5 statues géantes!

Nous avons pu aussi profiter du jardin botanique de la ville sur les hauteurs juste derrière le centre ville. Pour s’y rendre, nous avons emprunté le funiculaire historique en fonction depuis 1902 et considéré aujourd’hui comme un symbole de la Ville. Il a été créé à l’époque pour permettre le développement de la ville sur les hauteurs et afin de faciliter le transport des habitants de leur maison vers le centre ville. Aujourd’hui encore, un grand nombre d’habitants du quartier possèdent un funiculaire privé pour sortir de leur maison! C’est très drôle.

En redescendant du jardin botanique, nous avons traversé un vieux cimetière datant de la fin du 19e siècle. Celui-ci a dû être coupé en son milieu lors de la création de l’autoroute traversant Wellington et plus de 3500 tombes ont dû être déplacées ou éliminées. Il est donc étonnant, en s’y promenant, de devoir à un moment donné traverser un pont qui surplombe l’autoroute avant de se replonger de nouveau dans le silence du cimetière. L’urbanisation est parfois étrange!!

Après un petit tour dans le quartier très actifs des affaires, nous avons terminé notre excursion au Noodle Festival, un festival de bouffe en plein air qui attirait beaucoup de monde! C’est en quelque sorte un évènement semblable aux camions de rues à Montréal au parc Olympique. Sauf que nous pouvions y trouver principalement de la nourriture asiatique, clientèle oblige!

La population de la Ville n’a en effet plus rien à voir par rapport à l’Île du Sud. La ville est très cosmopolite avec une majorité d’asiatiques, mais aussi beaucoup de Maoris et d’Indiens et ça grouille de gens! Nous avions perdus l’habitude depuis les 3 dernières semaines à dormir au milieu de la campagne.

Nous avons logé à Wellington dans le Cambridge Hotel. C’était assez vieux et malpropre, pas la meilleure auberge que nous ayons faite mais c’était la moins chère du centre-ville et était très bien située.

 

DIRECTION TONGARIRO ALPINE CROSSING

Notre intention en quittant la ville était de rejoindre en quelques jours la ville de National Park afin de réaliser la randonnée considérée comme la meilleure de Nouvelle-Zélande pouvant être faite en une journée (8h de marche -20 km) mais qui la rend de ce fait, une des plus empruntée du pays.

Cette randonnée demande de l’organisation puisqu’elle ne peut se faire que dans un sens et nous oblige alors à prendre un bus le matin qui nous transporte du parking d’arrivée de la randonnée (ou nous garons notre voiture) jusqu’au début du sentier. Bien sûr, ce bus doit être réservé à l’avance mais pas trop car en cette saison de fin avril, le temps est trop incertain donc nous pouvons réserver pour le jour même ou le lendemain seulement.

Nous y sommes montés tranquillement en deux jours, en faisant une halte à Taipahe. Déjà, sur notre chemin et à l’auberge, nous croisons des voyageurs et des kiwis qui nous déconseille de faire la randonnée en cette période car nous ne sommes visiblement pas assez équipés pour supporter la neige et les -10°C au sommet.

Nous nous rendons cependant au point d’information pour connaître les conditions au sommet et celui-ci nous indique qu’à moins d’être des experts en montagne et d’être très bien équipés, ils nous déconseillent de nous aventurer là-bas en haut. Nous n’insistons pas plus et nous renseignons, motivés à marcher, sur les petites ballades aux alentours.

Mais cela était sans compter l’humeur du volcan qui s’est amusé à changer la météo de ses alentours à notre approche. Il tombait tellement de pluie que nous n’avons pu faire aucune randonnée et avons donc continué notre route jusqu’à Taupo où nous avons retrouvé un semblant de ciel bleu.

Avec tout ça, nous n’aurons même pas eu la chance d’observer le volcan même depuis en bas puisque son sommet était completement dans les nuages, une autre fois peut-être!

TAUPO

À Taupo, nous n’avons pas fait grand chose en ville à part dormir et y faire un tour! Celle-ci n’avait pas vraiment d’intêret.

Le lendemain, nous avons pu allé admirer les Huka Falls, dont le débit est tel que l’eau s’y écoulant permettrait de remplir 5 piscines olympiques en 60 secondes!

Plus en aval, une grande retenue d’eau a été créée proche d’une centrale hydro électrique et nous avons pu assister à l’ouverture du barrage que les employés de l’usine effectuent 3 fois par jour, pour le grand plaisir des touristes qui peuvent ainsi admirer les gorges situées en aval se remplir d’eau.

Enfin, parce que j’avais vu du coin de l’oeil une pancarte écrite a la main ”Compétition de dressage”, nous avons suivis les indications et sommes arrivés sur les lieux d’une grosse compétition équestre.

Nous nous sommes garés et sommes rentrés nous installer dans les gradins (comme si nous savions ou nous allions pour passer incognito) et avons pu observer les jeunes concurrents pendant quelques heures.

En toute honneteté, on était les seuls touristes de l’endroit et on s’est fait grillés tout de suite mais personne ne nous a rien dit! 🙂

ROTORUA ET LA RÉGION VOLCANIQUE

En remontant vers le Nord, nous avons fait un arrêt pour 2 jours dans la région de Rotorua, réputée pour son activité géothermale et sa culture Maori.

Nous y avons rejoins Quentin et Sabine. Quentin est un ami ancien camarade d’internat de Steven à Grenoble et nous ne l’avions pas vus depuis 9 ans. Il est en Nouvelle-Zélande depuis peu et planifie passer une année sur le territoire avec sa chérie.

Ce fut un plaisir de les revoir et de passer quelques jours en leur compagnie!

Avec eux, nous avons visité le site de Wai-O-Tapu, un site géothermal impressionnant où de l’eau, du pétrole, du gaz et du souffre émergent du sol sous toutes les formes (du Geyser à la vapeur en passant par des tourbillons de boue) et à différentes températures (le bassin Campagne Pools avec les rebords orange est rempli d’eau à 100°C).

C’était impressionnant et bien que nous n’ayons pas eu la chance de voir le Geyser cracher, tout le reste valait la peine d’être vu.

En sortant du parc payant, le spectacle ne s’arrêtait pas là puisque nous avons pu aller tremper les pieds dans une petite rivière d’eau chaude (38°C environ) qui s’écoulait non loin de là.

La région est vraiment atypique et il était impressionnant d’observer, depuis la route, des cheminées de fumée s’élever au milieu du champ de vaches.

Seul inconvénient à cette beauté, la région entière sent l’oeuf pourri, à cause du souffre. C’est écoeurant à certains moments et le foulard sur le nez pour ne pas régurgiter était de mise! Ahah!

HOBBITON – LE VILLAGE DES HOBBITS

Que serait-ce une visite en Nouvelle-Zélande sans visiter Hobitton, ce petit village de Hobbit qui a été utilisé pour le tournage du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, dans la région de Matamata.

 

Le village se situe dans une zone parfaitement valonnée à la vue harmonieuse. Le réalisateur Sir Peter Jackson, un Neo-Zélandais de Wellington, a repéré cet endroit à l’époque en hélicoptère. Le terrain, immense, appartenait a un fermier de la région qui élevait des moutons. Il s’est pointé alors à sa porte en lui proposant de lui payer 4 mois de vacances en l’échange de l’utilisation de sa maison et de ses champs, quelqu’un serait évidemment employé pour garder les moutons.

Le fermier a d’abord hésité, prenant Sir Jackson pour un illuminé puisqu’il ne connaissait pas son projet secret de film. Mais sa femme a poussé un peu (elle les voulait les vacances elle!) et c’est la raison pour laquelle le tournage a pu avoir lieu sur ces terres. Aujourd’hui, 17 ans après le premier film, le lieu, très mignon et plein de réalisme, attire des dizaines de milliers de touristes chaque année et la compagnie Hobbiton est gérée par les fils de l’agriculteur.

L’avis de Steven : Il est fantastique de pouvoir admirer de si proche des décors de cinéma avec un tel souci du détail mais il est dommage de se sentir pressé par les guides pour laisser la place à l’autre groupe qui suit. Cela empêchait de pleinement profiter de la visite.

 

Cindy a préféré ne pas faire l’activité compte tenu du fait qu’elle n’avait pas vu les films et a préféré économiser le prix (assez over-rated) de la visite pour une autre activité future plus à son goût.

Que serai la Nouvelle-Zélande sans son mouton quotidien?

AUCKLAND

Dernière étapes de la Nouvelle-Zélande: Auckland, la ville la plus importante du pays.

Nous avons aimé la ville mais nous l’avons trouvée encore plus peuplée et plus dense que Wellington, cela commencait à être trop pour nous.

Cindy profite des petits délices de la ville!

Nous sommes donc allés trouvé un peu plus d’espace sur le Mont Eden (ancien cratère de volcan haut lieu sacré pour les Maoris, il est donc formellement interdit d’y descendre à l’intérieur) d’où nous avons pu admirer le centre ville avec l’éblouissante vue sur l’océan et toutes les îles se trouvant plus loin. Nous avons également vu le Eden Park, le fameux stade de rugby ayant donné le nom à la marque du même nom (chose que nous a appris Kevin, un ami du beau frère de Cindy, que nous avons rencontré a Auckland).

Comme tous les lieux touristiques du pays, un groupe de ninja asiatique se prend en photo!

Ben dis donc, quand on y pense, on en aura rencontré des français qu’on connait en Nouvelle-Zélande! Et dire qu’il faut partir à des milliers de kilomètres pour revoir certains! Ce fut un grand plaisir pour nous de les revoir.

La dernière nuit à Auckland se déroulera à l’aéroport, puisque notre avion pour Sydney (Australie) est prévu pour 7h le lendemain matin. Il n’était pas pratique de se réveiller à 2h du matin au milieu du dortoir pour aller prendre le bus qui nous mènerait à l’aéroport alors nous avons opté pour une solution, plus inconfortable certe, mais plus pratique.

Conclusion de la nuit : Cindy a un peu dormi (elle dort partout celle-la!), Steven… moins… 🙂

Nous espérons que vous avez apprécié la façon dont nous vous avons partagé notre aventure en Nouvelle-Zélande! Celle-ci se termine ici!

Nous sommes heureux d’avoir découvert toutes ces splendeurs et d’en avoir pris plein les yeux!

À très bientôt pour la suite des aventures en Australie!

 


 

2 Commentaires
  • Gilda
    Posted at 08:54h, 04 mai Répondre

    La petite maison des Hobbits, me plait particulièrement, je veux la même !! hihi !
    tu nous as pas dis le prix de la visite? on fait de l’argent avec tout !!!
    Maman,

    • Steven
      Posted at 10:13h, 16 mai Répondre

      C’était un peu plus de 80 dollars! Une honte! Mais bon, ce n’est pas tous les jours qu’on peut visiter des décors de cinéma.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :