Chiang Mai la touristique

“Tuk-tuk?”

Après notre nuitée passée dans le train de nuit au grand confort, nous étions presque déçus d’arriver à la gare de Chiang Mai de bon matin, il nous semble que nous aurions bien fait la grâce matinée dans notre petite couchette!

 Cindy doit remettre son sac sur le dos de bon matin : pas contente!

Nous nous faisons bien sûr accueillir à grands coups de «Hey mister, tuk tuk ? »! Mais c’est en Grabcar que nous rejoindrons notre Guesthouse pour les prochains jours : Gongkaew Huenkum Guesthouse que nous avions réservée sur Hostelworld.

Bon, celui-là, on doit l’avouer, il ne nous a pas demandé si on voulait un tuk tuk, quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure!

La Guesthouse est située à l’intérieur des ramparts de la vieille ville de Chiang Mai mais dans le quart Nord Ouest, ce qui est un peu à l’écart des restaurants et bars prisés par les touristes. Ce n’est pas vraiment grave puisque ce n’est pas vraiment ce que nous recherchons de toute manière et nous avons justement choisi cette auberge pour son petit jardin calme et arboré, ses moultes chats, ses poules et ses milliers de grenouilles.

Nous arrivons là-bas à 8h30 et nous pouvons déjà check-in, plutôt cool la basse saison en Asie! C’est dans notre chambre de luxe (on a été upgradé! 😉 ) au méga lit King size que nous passerons une bonne partie de cette journée-là au frais pour travailler sur le blog et planifier nos prochaines activités!

Nous sommes restés au total 4 jours et 4 nuits à Chiang Mai car la ville était plutôt agréable et nous nous sentions bien à notre auberge. Au programme, visite de la ville et de ses temples, de son Sunday night market, cours de cuisine et massage des pieds!

Temple Wat Chedi Luang

Visite de la ville

Chiang Mai (ou du moins sa vieille ville) a un principal défaut (excepté le fait qu’elle est un poil trop touristique à notre goût) : elle ne possède quasiment aucun trottoir piétonnier! Ce qui fait en sorte que nous devions marcher sur la chaussée, coincés entre les tuk tuk qui attendent sur le bas-côté et la circulation en double sens sur la voie, parfois étroite. C’est un peu dangereux surtout à la nuit tombée mais les usagers véhiculés de la route sont assez respectueux des piétons et, bien qu’ils ne laissent pas plus de 20 cm entre notre bras et leur rétroviseur, ils ne nous ont jamais touchés! Héhé! 😉

Magnifique peinture de rue représentant une femme au long cou, trouvée dans une rue non passante.

C’est à Chiang Mai que nous avons vécu, sur le marché de nuit, notre deuxième « Flash Mob hymne national » à 18h. Au son de l’hymne, tout le marché grouillant de monde s’est instantanément figé dans un silence total. Malheureusement, nous n’étions pas prêts avec l’appareil photo à ce moment-là pour filmer ça!

Ambiance au marché de nuit de Chiang Mai

C’est également à Chiang Mai que nous avons mangé notre première Noodle Soup aux boulettes de viande, pas mal du tout (même si les boulettes de mamie sont bien meilleures!).

Notre premier massage bien mérité

C’est aussi à Chiang Mai aussi que nous avons reçu notre premier massage! Bon, les salons de massage, autant vous dire que ce n’est pas ce qui manque là-bas, il y en a un tous les 50m, certains plus…miteux que d’autres! La question « thaï massage? » (à prononcer avec un accent thaï) est d’ailleurs celle qui a le plus sonné à nos oreilles après le fameux « tuk tuk? »!

Pour ce premier massage, nous avons choisi de le faire au Chiang Mai Womens Correctional Institute. Oui, vous avez bien compris, nous nous sommes faits masser par… des prisonnières!

Ce sont des femmes incarcérées pour tous types de délits, allant du trafic ou de la consommation de drogue au meurtre mais toutes sont bien évidemment choisies en fonction de leur bon comportement! Rien à craindre donc, surtout que les gardiennes de prison en uniforme sont là pour garder un œil sur tout le monde! Nous souhaitions encourager une telle démarche car nous trouvons ça très bien que ces femmes apprennent un nouveau métier en prison (restauration et massage) en plus de l’anglais et du mandarin, ce qui leur permettra d’entrer sur le marché du travail à leur sortie de prison.

Pour une première fois, on n’a pas osé le traditionnel thaï massage, Cindy tenant à son dos, mais on s’est dit qu’on ne craignait pas grand-chose avec un massage de pieds! C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés assis dans un confortable siège, les doigts de pieds tous propres en éventails, à nous faire arracher masser les pieds et les mollets pendant 1 heure pour la modique somme de 200 baths par personne (8 $CAD)!

On doit l’avouer, c’était vraiment très agréable! Parfois, Steven avait envie d’exploser de rire tellement ça lui chatouillait les pieds et Cindy serrait les dents de douleur quand la masseuse lui écrabouillait les doigts de pieds mais au final, c’était drôlement bien! En plus, le petit thé offert à la fin vient compléter le superbe service reçu.

On conseille aussi le restaurant juste à côté où nous avons super bien mangé juste avant notre RDV pour vraiment pas cher! Le service et la cuisine sont là aussi effectués par les prisonnières, reconnaissables à leur uniforme noir et orange, toujours sous l’œil -plus ou moins – attentif mais discret des gardiennes.

Cours de cuisine Thaï

Enfin, à Chiang Mai, nous avons suivis un cours de cuisine thaï! Bon, en réalité, Steven a suivi un cours… Cindy ayant préféré être accompagnatrice aidante (qui a oublié d’aider une fois sur place!) et dégustatrice des plats (ah ça, elle n’a pas oublié par contre!)!

Pour le cours de cuisine, nous avions choisi la thaï farm cooking class. C’est une des écoles qui était la mieux notée sur TripAdvisor (parce que là aussi ce n’est pas ce qu’il manque à Chiang Mai!) et surtout, elle propose une cuisine avec des produits bio issus de leur ferme, située à l’extérieure au Nord de la ville.

Le cours s’échelonne sur une journée et l’école organise le ramassage des inscrits à leur hôtel et les redépose le soir, bien pratique!

La journée commence par la visite d’un marché local de la ville. Notre animatrice Kim nous a expliqué la différence entre les différents riz thaïlandais, des espèces de sticky rice aux espèces de steam rice, plus ou moins bruns, dépendamment de l’espèce et des besoins en eau des plants. Kim nous a aussi présenté les différentes sauces qui seraient utilisées lors de la journée (sauce de poissons, sauce d’huitre ou sauce soya) en nous expliquant ce que nous pourrions utiliser en substitut une fois de retour dans nos pays et a terminé la visite en nous expliquant le processus de préparation des pates de curry ainsi que du lait de coco. Nous avons également eu quelques minutes de libre sur le marché pour déambuler au milieu des étales, l’occasion pour Steven de s’amuser un peu avec son appareil photo!

Le stand des sauces vend aussi du papier toilette et des balais!

On doit vous présenter un fruit, typique d’ici : le DURIAN! Cette sorte de grosse patate piquante se sent avant même de se voir sur le marché, à plusieurs mètres de distance! Ça pue mais les gens en raffole ici. Malheureusement, c’est un fruit très cher que bien des thaïlandais ne peuvent se permettre! Il est courant de voir en Thaïlande des affiches “Interdiction de manger des Durians dans la chambre d’hôtel” à côté de l’affiche d’interdiction de fumer! Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’en goûter mais nous sommes peu emballés!

Le durian puant!

Direction ensuite la fameuse ferme, à 30 min de route plus au nord où des bâtiments tous ouverts sur l’extérieurs sont aménagés pour recevoir plusieurs groupes d’étudiants en même temps.

Après une petite visite du jardin de la ferme où Kim nous fait goûter à bien des choses dont nous avons tous oublié les noms et nous montre les plantes toxiques qu’il ne faut pas du tout manger, il est temps de se mettre au travail!

Ce fruit = pas bon!

Notre groupe comprenait 8 élèves (dont 7 qui cuisinaient pour de vrai, pas comme Cindy!) de nationalités différentes (Coréens, américains, allemand, Néerlandais et français (nous!)). Nous nous sommes tous bien entendus et avons passés une excellente journée à apprendre, discuter et rigoler tous ensemble! C’est d’ailleurs à cette occasion que nous avons fait la rencontre de Felix, un allemand bien sympathique, que nous recroiserons quelques jours plus tard à Chiang Rai, de manière totalement inattendue.

 

Les étudiants apprentis ont cuisiné 6 plats en une journée (pate de curry et curry jaune, Tom Yom soup avec des crevettes, pad thaï, bœuf frit au basilic et dessert bananes dans lait de coco). Plats que nous avons bien évidemment mangés au fur et à mesure… ouais! On n’a pas mourru de faim ce jour-là!

Les créations de Steven!

Steven et Kim la professeure de cuisine!

Quant à Cindy, elle a été la photographe officielle de la journée en plus de gouter à tous les plats, bien souvent un peu trop épicés pour elle!


 

Le point éléphant

Pour cet article, il n'y aura pas de point écologique mais nous allons le remplacer par un point éléphants.

Pour ceux qui nous le demanderaient, non, nous n'avons pas fait d'excursion à la journée dans un des dizaines de sanctuaires d'éléphants présents aux alentours de Chiang Mai. En fait, au début, cela nous aurait bien tenté, passer une journée à nous occuper des éléphants, les nourrir, jouer avec eux, en apprendre plus sur leur comportement, etc, c'était quelque chose qui nous intéressait. Mais voilà, quand on a vu l'IMPRESSIONNANTE offre qui était proposée rien qu'à Chiang Mai, ça clochait.

Ce qui était au début de beaux petits sanctuaires où de réels passionnés récoltaient et soignaient des éléphants maltraités issus du circuit touristique sont devenus des attractions type Disneyland pour touristes, une machine à faire de l'argent en somme!

D'un autre côté, de l'argent, on comprend qu'il leur en faut pour nourrir et soigner ces bêtes mais à quel point ça bascule dans la machine à faire des bénéfices, ça on ne sait pas. Tout un dilemne fasse auquel nous n'étions pas à l'aise.

Pour avoir lus plusieurs témoignages et discutés avec certains touristes qui ont passé une journée dans l'un de ces centres, on découvre que le fameux pic qui apeure et blesse les éléphants sont encore utilisés quelques fois bien que cela se fasse dans le dos du touriste (qui a pris conscience depuis les dernières années que ce pic était une maltraitance pour eux).

Et puis, nous ne savons que penser de la présence des bébés éléphants dans les sanctuaires. La plupart des sanctuaires affirment que leur rôle est d'offrir une retraite aux vieux éléphants maltraités mais nous pouvons nous demander si les bébés ne sont pas là pour attirer encore plus le touriste. Au final, ça fait un peu zoo tout ça! Bref, c'est notre avis et, personnellement, nous ne savions pas vraiment quoi penser de ces sanctuaires et des réelles motivations des compagnies qui les gèrent. C'est pour cette raison que nous avons préféré ne pas effectuer une telle excursion. Et vous savez quoi?! On se sent très bien avec cette décision!

 

Conseils Pratiques

 

Où dormir à Chiang Mai?

 

  • Gongkaew Huenkum : Nous devions y rester 2 nuits initialement puis nous sommes restés 2 nuits de plus! Petit jardin sympatique avec pleins d’animaux sauvages ou non. Un havre de paix où on se sent à la campagne alors qu’on est en pleine ville! Les chambres de luxe sont vraiment sympa, les chambres normales plus vestustes mais font l’affaire si les fourmis sur le mur ne nous dérangent pas. Personnel sympa dans l’ensemble. Beaucoup de moustiques en soirée à cause des petites fontaines (510 baht par nuit pour chambre double standard=20$CAD).

 

Où manger à Chiang Mai?

 

  • The Chef Restaurant : Restaurant sympathique, prix raisonnables. Plats appétissants.
  • Blue Noodle : Très bonne soupe avec viandes et boulettes de viande (60 baht=2.5$CAD pour la soupe moyenne).
  • The scale house : Tout petit restaurant familiale à côté de notre auberge. Nous avons bien mangé pour pas cher à la bougie (abiance romantique) car le quartier avait une coupure d’électricité! Mais la cuisinière, super résiliente, a quand même réussi à nous faire à manger, à la lueur de la bougie, et avec le sourire en plus!

 

Cours de cuisine thaï

 

  • Thaï farm cooking school : Professeure Kim (une parmi tant d’autres) très sympa, très pédagogue et très connaissante. Tout le cours est très bien ficelé de sorte que nous ne soyons pas pressés par le temps. Les ingrédients sont préparés à l’avance par des aide cuisinières et ces dernières s’occupent aussi de la vaisselle donc les apprenants ont vraiment tout le temps alloué pour cuisiner! Nous sommes super contents de la journée! (Prix : 1300 baht = 52$CAD par personne et 600 baht = 24$CAD pour accompagnateur (ne cuisine pas)).

 

Massage thaï ou des pieds

  • Chiang Mai Women’s Correctional Institution :  Proposent des massages thaï ou massages des pieds. Prestation vraiment top dans un cadre apaisant, les masseusses sont au petit soin tout en prenant plaisir à ce qu’elles font (ça se voit, elles rigolent beaucoup entre elles) et en plus, on contribue à leur réinsertion et ça fait plaisir (massage 1h : 200 baht par personne = 8$CAD)

 


 

 

1 Comment
  • Gilda
    Posted at 10:05h, 21 juin Répondre

    Tu sais quoi nous cuisiner en rentrant de ton voyage !!!
    encore de trés belles photos,
    Gil,

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :