Chiang Saen, le triangle d’or et Chiang Khong

Dernière étape de notre séjour de 3 semaines en Thaïlande, nous avons fait escale à la ville de Chiang Saen pour 2 nuits le temps d’aller visiter le Triangle D’or et le Hall of Opium avant de se rendre “coûteusement” à Chiang Khong, ville frontière avec le Laos!

CHIANG SEAN ET SES 2 TOURISTES : NOUS!

Au départ de Chiang Rai, on s’est rendu à Chiang Saen en 2h de bus (60km environ!) pour 75 bahts pour 2 personnes! On aime ça se déplacer pour pas cher! Ça fait plaisir!

Comme tout voyage en bus qui se respecte en Thaïlande, celui-ci se fait avec les deux portes ouvertes, comme ça, on a moins chaud, et on perd beaucoup moins de temps pour déposer (ou devrais-je dire « jeter ») ou prendre de nouveaux passagers le long de la route!

C’est sur la banquette arrière, à l’opposé des sièges privilègiés réservés aux moines (à l’avant), collés serrés à 2 papy mamie thaïlandais MAIS, les cheveux dans le vent que nous nous sommes rendus à destination!

À Chiang Saen, petite ville historique, nous avons dit bonjour au Mékong pour la première fois! Assez large, ce fleuve d’une couleur marronâtre (ça n’existe pas vraiment ce mot mais il représente bien la couleur!) a un courant plutôt impressionnant.

D’après la légende, la ville daterait de 2000 ans et aurait été une cité antique cachée du nom de Yonok Nak Phan. On ne sait pas si la légende est vraie mais en tout cas la ville possède une longue histoire puisqu’elle regroupe de nombreuses ruines de temples du 14e et 15e siècle (75 anciens temples à l’intérieur de la ville!), dispersés ici et là entre les maisons. La partie historique de la ville est entourée de murailles sur 3 côtés, le 4e côté étant protégé par le fleuve du Mékong.

À Chiang Saen, nous découvrons rapidement que nous sommes 2 touristes « blancs » dans toute la ville. Ce n’est pas grave, ça fait du bien un peu d’authenticité.

Nous sommes l’attraction des locaux en train de manger sur les tables basses qui s’enlignent au marché de nuit le long de la rive du Mékong. Les enfants viennent nous voir et des madames tentent secrètement de faire des photos de Cindy sous tous les angles! Dans le genre discret, on a vu mieux mais ça nous fait beaucoup rire!

Le lendemain, après une nouvelle nuit passée dans une chambre d’hôtel qui n’a pas vu un humain depuis bien longtemps (on sous-entend par-là que les lézards ont fait du lieu leur maison, avec toutes les traces qui viennent avec et prennent, en plus, un malin plaisir à se mettre à chanter en plein milieu de la nuit, juste dans nos oreilles), on trouve un songthaew (ces genres de tuk tuk collectifs servant de taxi) qui nous dépose au musée Hall of Opium, à 10km de là!

Service 10/10 de notre chauffeur qui nous dépose, tels des rois, devant l’entrée du musée! C’est ça qu’on aime de la Thaïlande, personne n’essaye de nous arnaquer sur le lieu, le service ni même sur le prix (nous avons payé le même prix que les locaux!).

HALL OF OPIUM

Le Hall of Opium est situé à 1km plus au nord du village de Sop Ruak, lieu-dit du Triangle d’or.

Nous voulions visiter ce musée pour en apprendre un peu plus sur la culture de l’Opium, son historique au sein de la région et la manière dont cette culture a été éradiquée en Thaïlande. Le musée, dans l’ensemble bien fait, a répondu en partie à nos questions, mais il n’est pas fou fou et les expositions commencent à être un peu vieillottes. Autant vous dire qu’être seuls dans un musée digne d’un vieux bâtiment datant de l’époque de l’URSS décrépi de 5600m2, traitant d’un sujet grave avec des expositions censées dégoûter le public à la consommation de drogue, est parfois un peu flippant!

On ne dira pas qu’on n’a pas aimé, mais on n’a pas adoré non plus! Disons que c’était intéressant et assez complet sur la partie historique et culturelle liée au trafic d’opium.

Du musée, nous avons rejoint à pied (tels des marcheurs du déserts avec nos chèches sur la tête sous le soleil dangereux!), le village de Sop Ruak (archi moche et rempli de bus de chinois, nos compagnons de tous les jours!), histoire de dire qu’on a été au fameux Triangle d’Or!

Le Triangle d’Or est l’endroit symbolique où les frontières de Thaïlande, du Laos et du Myanmar se rencontrent aux confluents des rivières Mékong et Ruak.

À part un joli panneau qui nous le fait remarquer et un gros bouddha dodu dans lequel on peut faire rouler des pièces jusqu’à son nombril, pas grand-chose à y faire.

Nous sommes donc partis rejoindre la sortie du village où nous avons effectué l’activité la plus longue de la journée : trouver un véhicule qui voudrait bien nous ramener jusqu’à Chiang Saen! C’est seulement au bout de 40 min (pas si mal tout de même!), qu’un songthaew auquel on a fait signe s’est arrêté pour nous embarquer et nous ramener à bon port! C’est toujours un moment de soulagement quand on sait qu’on va pouvoir rentrer à la « maison »!

REJOINDRE CHIANG KHONG OU COMMENT EFFECTUER NOTRE TRAJET LE PLUS CHER DE THAILANDE!

Le lendemain, il était déjà temps de rejoindre la ville de Chiang Khong, d’où part le pont de l’amitié avec la frontière du Laos, que nous planifiions traverser le lendemain.

Pour le transport entre Chiang Saen et Chiang Khong, nous nous faisons diriger à la sortie de la ville où un songthaew de couleur verte devait normalement attendre. On l’a en effet trouvé, il était seul (et dans un sale état mais ça, c’est un détail!), le chauffeur n’ayant aucun autre client pour cette destination, il nous annonce qu’il ne fait pas le trajet jusqu’à Chiang Khong aujourd’hui, sauf si… nous payons la somme astronomique de 800 bahts pour les deux! Le prix est exorbitant par rapport à ce qu’on a payé jusqu’alors (bon d’accord, c’est vrai qu’à Tha Ton, on avait payé un peu cher le bateau).

Pas contents, nous rentrons en négociation avec le monsieur qui ne parle pas un mot d’anglais. Il nous proposera son dernier prix à 600 bahts, que nous n’avions pas le choix d’accepter, le voyant démarrer son engin avec quelques locaux à son bord. S’il partait sans nous, nous ne savions pas jusqu’à quand nous devrions rester coincés ici!

C’est ainsi que nous avons payé, le dernier jour avant de quitter le pays, notre transport le plus cher de Thaïlande!

À Chiang Khong, c’est épuisés et les fesses bien tallées après 2h de conduite tape-fesses à l’arrière de notre songthaew tout rouillé que nous avons posé nos valises pour une nuit à l’hôtel Sleeping Well.

Notre première vue sur le Laos, de l’autre côté du Mékong

L’endroit, propre et récent, est tenu par un couple charmant du village avec qui nous avons passé l’après-midi et la soirée à discuter! Lui était en train de dessiner la configuration d’un prochain hôtel qu’il allait faire construire non loin de là. Après lui avoir donné quelques conseils comme le fait qu’ajouter des fenêtres aux chambres serait une bonne idée (un détail important qu’il avait omis! Ahah), il nous a fait visiter le futur terrain de l’hôtel. Une bien belle rencontre avec des locaux qui nous restera en tête!

Photo de nous 2 prise par le propriétaire de l’hôtel devant la murale dont il est fier.

La bouffe y était très bonne aussi! On recommande définitivement!

C’est sur cette belle note que nous quitterons la Thaïlande le lendemain, dimanche 10 juin 2018, pour rejoindre le Laos.

Notre article sur les choses inutiles à savoir sur la Thaïlande suivra sous peu!

 

CONSEILS PRATIQUES

OÙ DORMIR À CHIANG SAEN?

  • Hotel Tararin : nuit chambre double 500 bahts = 20$CAD. On ne recommande pas vraiment mais ça fait l’affaire pour une nuit, chambre spacieuse.

 

OÙ MANGER À CHIANG SAEN?

  • Marché de nuit au bord du Mékong, on y mange entre autres du poisson ou du poulet cuit dans le bambou (attention, ça pique!!!).

 

COMMENT SE RENDRE À CHIANG SAEN DEPUIS CHIANG RAI?

  • En bus local depuis le terminal 1 de bus de Chiang Rai. Prix 37 bahts/personne = 1.5$CAD.

 

COMMENT SE RENDRE À SOP RUAK DEPUIS CHIANG SEAN?

  • Prendre un songthaew bleu depuis la rue principale de Chiang Sean. Attention, il y en a plusieurs le matin mais aucun en après-midi. Prix 20 baht / personne = 0.80$CAD.
  • Pour le retour vers Chiang Sean, même prix, attendre à l’arrêt de bus (cabane en bois) à la sortie de la ville de Sop Ruak direction Chiang Sean et faire coucou au premier songthaew que vous voyez arriver!

 

COMMENT SE RENDRE À CHIANG KHONG DEPUIS CHIANG SEAN?

  • Seule solution, songthaew vert (ou bien taxi meter si vous en trouvez un). Arrêt de songthaew à la sortie de la ville direction CHIANG KHONG. Nous avons payé 600 baht =25$CAD pour deux mais on s’est fait arnaquer!

 

HALL OF OPIUM

  • À ne pas confondre avec le musée de l’opium, plus petit et plus vieux mais surtout surpeuplé de chinois qui se situe dans le centre de Sop Ruak. Prix 200 baht / personne.

 


 

 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest