machu picchu incas pérou

À la découverte du légendaire Machu Picchu

04 février 2019 – Nous attendons fébrilement le départ du train qui va nous emmener au plus près du légendaire Machu Picchu. Après avoir parcouru la vallée de l’Inca au cours des derniers jours, il ne nous reste plus que quelques kilomètres et une longue montée pour découvrir une des 7 merveilles du monde!

Le Machu Picchu, en train, en bus ou à pied?

Tous les touristes qui veulent se rendre au Machu Picchu vont se poser la même question: comment je m’y rends à cette fameuse citadelle inca, perchée au milieu des montagnes?

Plusieurs options s’offrent aux visiteurs, tout dépendant de la taille de son portefeuille et du temps dont il bénéficie pour sa visite :

  • à pied : oui, on peut évidemment rejoindre le Machu Picchu à pied, depuis la ville de Ollantaytambo, en empruntant un des sentiers pédestres (ou trek, dans le jargon du touriste voyageur -ça sonne plus aventurier que “randonnée”-). Le plus connus est le trek de l’Inca (le fameux Inca trail, que vous ne pouvez pas manquer tellement tous les guides en ville vous en parlent), qui nécessite de réserver plusieurs mois à l’avance car les places sont limitées à 500 personnes par jour.
    Il y a aussi une alternative dont on nous a beaucoup parlé : le trek du Salkantay, moins touristique, plus longs, plus difficile et, semblerait-il, plus beau!
    À noter que le Inca trail est fermé au moins de février chaque année pour maintenance du sentier.
  • en bus : la seconde option est de prendre un bus pour aller jusqu’à la ville de Hidroeléctrica de laquelle il faut ensuite marcher environ 2h pour rejoindre Agua Caliente, au pied du Machu Picchu. Mais, la saison des pluies ayant commencé lors de notre visite, il n’était pas recommandé d’emprunter la route (beaucoup plus longue) qui y mène. D’ailleurs nous avons croisé quelques touristes qui ont osé prendre le bus et qui l’on amèrement regretté car un pan de la route s’était écroulé, ce qui rendait le trajet très dangereux.
  • en train : c’est l’option la plus cher, la plus rapide, la plus romanesque (celle qui sent bon les voyages de Jules Verne) mais aussi, en saison des pluies, l’option la plus sécuritaire! Bon, c’est un peu beaucoup trop cher pour ce que c’est mais bon, nous avons finalement opté pour cette dernière option qui semblait à la fois sûre et agréable. Rendus sur la fin de notre voyage, on ressentait le besoin de ne pas prendre de risque inutile. Le train part de Cusco (mais pas en saison des pluies) ou de Ollantaytambo et vous amène en gare de Agua Caliente. 

En train jusqu’au Machu Picchu

Vers 16h, nous nous rendons au terminal de la compagnie Inca Rail, tout aussi beau et luxueux que leurs bureaux de Cusco. C’est vraiment un lounge VIP, qui reflète le prix du billet de train d’ailleurs… Beaucoup de touristes asiatiques, quelques européens, nous patientons avec une infusion de feuilles de coca, en regardant les clips publicitaires lichés qui tournent en boucle sur les écrans de télés. La dure vie quoi!

inca rail train machu picchu

train inca rail pérou
train inca rail

Le train dans lequel nous embarquons est propre mais n’est pas des plus impressionnants… On n’a pas fait un grand wooooow quand on l’a vu. Au prix du billet, on s’attendait à une expérience un peu plus… mystique! Les 1h30 de trajet sont ponctuées d’une pause thé et de paysages pluvieux assez décevants, en plus du mal de tête lié à l’altitude qui ne quitte pas Cindy. Et puis, pas de chance, on voyage du côté falaise et non du côté rivière, ce qui limite notre appréciation globale de la vallée.

L’obscurité tombe rapidement à cause de l’épaisse couverture nuageuse qui s’est engouffrée dans la vallée. La pluie tombe de plus en plus fort, et la rivière est particulièrement boueuse et agitée. On le savait mais maintenant on le confirme, février n’est peut être pas le meilleur mois pour visiter cette partie du Pérou!

gare agua caliente pérou

Dans la ville de Aguas Calientes

Nous arrivons à la gare d’Aguas Calientes sous une pluie battante et dans l’obscurité vers 18h. La sortie de la gare donne le ton : on tombe au milieu d’un grand “marché d’artisanat” (notez ici les guillemets… l’artisanat se résumant à des milliers d’exemplaires des mêmes bibelots sur les dizaines de stands attrape-touristes).

agua caliente gare touriste
agua caliente gare touriste

Nous remontons à pied, tous trempés, en direction de notre auberge où il semblerait que nous soyons les seuls clients et où personne ne nous attendait d’ailleurs.

Nous mangerons ce soir-là dans l’un des innombrables restaurants touristiques de la ville pour y manger…un riz fris! Un comble tout de même! On avait principalement le choix entre des saveurs asiatiques, des burgers et de la pizza au menu. À Aguas Calientes, ils se sont adaptés à la clientèle. 🙂

D’ailleurs, on croise ici des dizaines de touristes asiatiques qu’on avait pas vraiment vus en Amérique du Sud depuis notre visite au Salar d’Uyuni.

Vous l’aurez compris, Aguas Calientes est une ville étape qui sert de dortoir aux milliers de visiteurs venus pour le Machu Picchu, mais qui n’a absolument aucun intérêt!

Montée jusqu’au Machu Picchu

Il est 4h du matin, notre réveil sonne, c’est le grand jour! C’est un peu la dernière grande visite / étape importante de notre tour du monde.

La nuit fut courte, mauvaise et humide à souhait mais nous savons que nous sommes à quelques heures de marches de ce lieu mythique, que l’américain Hiram Bingham à redécouvert officiellement en 1911, et nous en sommes assez excités!

Steven fonce à toute allure sur le chemin menant au site, n’en revenant pas que nous allons bientôt fouler le sol d’une des 7 nouvelles merveilles du monde! Alors que Cindy, à moitié réveillée et à moitié apeurée par le noir de la nuit qui l’entoure, avance en semi-ronchonnant, frontale sur la tête, sursautant à chaque fois qu’un papillon de nuit passe devant sa lumière ! Le Machu Picchu, elle y croira quand elle l’aura devant les yeux, si elle survit à la montée des 500 000 marches d’escalier (au moins tout ça!) qui nous en séparent!

Le saviez vous?

La cité du Machu Picchu, qui signifie « Vieille Montagne » en langue quechua, a été édifiée sous le règne de l’empereur Pachacutec (1438-1471). Inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983, la cité se trouve à une centaine de kilomètres de Cuzco, ancienne capitale de l’Empire inca dans le sud-est du Pérou actuel.

 

C’est pour éviter les files d’attentes et le prix exorbitant du bus (12$US l’aller pour 20 min) que nous avons décidé de monter à pied… Nous n’étions clairement pas les seuls à l’entrée du pont qui mène aux escaliers, alors qu’il était encore que 5h du matin! On nous a dit qu’en haute saison, plusieurs centaines de touristes pouvaient attendre aux première lueurs du jour!

Si certains font la montée en une heure de marche, nous, ça nous en aura pris 2. On s’est fait doubler par beaucoup de monde, l’ascension de nuit dans la chaleur étouffante et l’humidité lourde fut un peu éprouvante pour Cindy. Vers 5h40 le jour a commencé à se lever lentement, facilitant notre progression, et nous sommes finalement arrivés en haut des escaliers en même temps que les premiers bus!

Une fois sur le site, nous montons vite au mirador permettant d’observer le site dans son ensemble, en espérant éviter la pluie et le gros flot de touristes pour espérer faire quelques photos du site “vide”. Les nuages se faufilent sur les sommets entourant la cité Incas et donnent à la scène un aspect mystérieux.

Nous en prenons plein la vue, la vue est absolument époustouflante. Si nous avions l’impression de déjà connaitre le Machu Picchu pour l’avoir vu des centaines de fois en photo, il n’est pas comparable d’y être pour de vrai et de le voir se dresser sous nos propres yeux!

Nous bénéficions d’environ 1h incroyable de quiétude, avant que des milliers de gens n’arrivent. À 8h30, c’est déjà Disneyland… ça grouille dans tous les sens et on ne peut à peine avancer. Pour faire durer le plaisir, nous nous isolons sur le côté du site pour essayer d’en profiter encore un peu. Malheureusement, la montagne est maintenant bruyante et les hordes de touristes ont fait chuter notre apaisement. Nous amorcerons alors la visite des ruines pour nous diriger tranquillement vers la sortie.

Le Machu Picchu est beau et majestueux! Il est impressionnant de voir l’environnement dans lequel la cité a été construite, et de constater la taille de certaines des pierres. On se demande où les Incas ont bien pu les tailler et comment ils les ont transportées jusque-là sans outils et sans roue!

À la sortie du site, on en profite pour faire étamper nos passeports avec le logo du Machu Picchu. Avis aux intéressés! Si vous voulez avoir ce tampon vous aussi, rendez-vous à la petite table abritée proche des toilettes pour trouver le fameux tampon!

Nous redescendons les milliers de marche d’escalier sous une pluie battante, et nous sommes rapidement trempés de la tête aux pieds. Heureusement, nous aurons pu profiter du site sans la pluie, et sans (trop) de nuages, car maintenant, on ne voit absolument plus rien.

Conclusion : Machu Picchu -> check! Et on en est plutôt heureux! 🙂

machu picchu brume pérou

De retour à Aguas Calientes, on passe un peu de temps à observer la rivière déchaînée dont le débit est franchement impressionnant. Personnellement, on n’aimerait pas tomber là-dedans. Avis aux amateurs de kayak!

“Le bus passa, et Cindy il aspergeât!”

Un Disneyland au milieu des Andes

Lors de la planification initiale de notre voyage, nous n’étions pas très motivés à l’idée de venir visiter ce site historique. Nous l’avions trop vu en photo, nous avions entendu trop de gens en parler, et nous étions écœurés de ces endroits qui sentent la checklist du voyageur moderne. Mais, après en avoir discuté avec d’autres voyageurs croisés sur la route, on s’est laissé tenter.

Il faut dire que visiter le sud du Pérou sans passer ici, ça donne l’impression de passer à côté de quelque chose, surtout quand c’est ta première fois dans le pays.

Nous avons pu, par chance, nous rendre au Machu Picchu en dehors de la haute saison, et pourtant, il y avait vraiment trop de gens à notre goût! On n’ose pas imaginer le reste de l’année!
Pourtant, l’ONU recommande au gouvernement péruvien de limiter le nombre de visiteurs sur le site à 2000 par jour. Actuellement, ils sont plus de 6000 par jour à le fouler…

machu picchu touristes
entrée site machu picchu

Et c’est sans compter le fait qu’il est prévu d’ajouter un aéroport à Ollantaytambo et qu’un projet de construction de téléphérique au-dessus du Machu Picchu est apparemment en cours! Bref, ici aussi, la folie touristique à laquelle nous avons participé est incroyable et finira par dénaturer complètement ce site historique incroyable.

En tout cas, si vous décidez vous aussi de le visiter, prévoyez bien votre voyage, car les billets d’accès au site sont limités, et certains accès (notamment à la montagne Huayna Picchu qui se trouvent en arrière plan sur nos photos) demandent de s’y prendre plusieurs semaines voir plusieurs mois à l’avance!

En conclusion, je reprendrai les mots que j’ai écrit dans mon carnet de voyage: Le Machu Pichu, c’est impressionnant, majestueux mais c’est trop touristique et estie que c’est cher! 🙂

Il nous reste encore un peu de chemin à parcourir au Pérou avant de rejoindre Lima, d’où décollera notre avion qui marquera la fin de cette aventure. Prochaines étapes : Arequipa et Paracas!

stendy trait de fraction machu picchu pérou

CONSEILS PRATIQUES

REJOINDRE AGUAS CALIENTES (MACHU PICCHU PUEBLO) DEPUIS OLLANTAYTAMBO

  • En train : Deux compagnies de trains se rendent à Aguas Calientes: Peru Rail et Inca Rail. Les tarifs sont similaires, mais les bureaux de Inca Rail sont plus luxueux (Tout un critère de sélection! ahah :)). Dans tous les cas, préparez vous à une addition salée à la fin! C’est tout un luxe de venir en train jusqu’au Machu Picchu… Le prix varie dépendamment de l’heure à laquelle vous partez et du type de classe dans laquelle vous voyagez. Cependant, le train est sûrement l’option la plus sécuritaire en période des pluies.
  • En bus : Il est possible de partir en bus de Cusco en direction de Aguas Calientes, en passant par Hidroeléctrica, dans des minibus d’environ 15 personnes, en 5h environ. Le bus vous déposera à Hidroeléctrica et ensuite il faut marcher pendant encore 2h.

  • À pied: en dehors du mois de février, il est possible (en réservant quelques mois à l’avance) d’emprunter le Inca trail (4 jours de marche, 500 personnes par jour maximum). Sinon, toute l’année vous pouvez prendre le Salkantay trek, qui dure entre 4 et 6 jours.

OÙ DORMIR À AGUAS CALIENTES ?

  • Don Andre : Miteux et franchement sans intérêt! On a reçu un accueil glacial (en fait on pense que personne ne nous attendait malgré notre réservation) et la chambre / les draps étaient particulièrement humides nous occasionnant des démangeaisons désagréables toute la nuit (on dit merci au sac à viande dans ces situations là!)… Heureusement on y a passé une nuit très courte. (Prix : 38$CAD / nuit en chambre double avec salle de bain et petit déjeuner -dégueulasse).

OÙ MANGER À AGUAS CALIENTES ?

  • On n’a aucune bonne adresse à partager… C’était très moyen!


 

 

Tags:
Aucun Commentaire encore

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne rate plus aucun article!

Ne rate plus aucun article!

Abonne toi à la Newsletter, pour recevoir un email à chaque fois qu'un nouvel article est publié.

Vous êtes maintenant abonné!

Pin It on Pinterest