El Chaltén – Parc National Los Glaciares

On continue notre découverte de la Patagonie après nos quelques jours passés au Parc National de Torres del Paine.

Prochaine escale : El Chaltén! Ce petit village tranquillou est situé au cœur du Parque Nacional Los Glaciares qui a le grand avantage d’être gratuit (pour le moment!).

Trajet en bus et passage de la frontière Chili – Argentine

À vrai dire, nous visions dans un premier temps atteindre la ville d’El Calafate, en Argentine, ville que nous avions de toute façon prévue de visiter. Puis, une fois rendus là-bas, on aviserait sur place si on monte de suite à El Chaltén ou pas.

Nous étions le 3 novembre et nous savions de toute façon que nous devions être à El Calafate 9 jours plus tard, date de notre départ en avion pour Bariloche, à 1500km plus au nord.

Du coup (ahhh, les français, ils ont écrit “du coup”!!!), départ à 7h du matin de Puerto Natales au Chili. On se serre dans notre bus plein de touristes et c’est parti pour l’Argentine.

Durée prévue du voyage jusqu’à destination : 5h. Une bouchée de pain à côté de notre précédent voyage!

Le passage de la frontière a pris 1h30 à elle toute seule! En effet, c’est bien beau de faire partir un bus à 7h du matin, mais du coup, on arrive au poste douanier de sortie du Chili à 7h30 alors que ce dernier n’ouvre qu’à…8h! Bravo les artistes!

Même histoire quelques kilomètres plus loin au poste de douane argentin. Sauf que cette fois-ci, il semblait ouvert.

Les agents d’immigration ont semble-t-il juste décidé de nous faire attendre pendant 20min, en file indienne, dans un froid de canard, tout ça pour finalement apposer un beau petit tampon dans nos passeport, avec une nonchalance digne de gardiens de prison.

Quand on a cru que tout était terminé – et que tout le monde était remonté dans le bus, même ceux qui s’étaient faits aléatoirement confisquer leur passeport pour un contrôle plus approfondi- et que le bus pouvait repartir, et ben non! : Fouille complète des sacs à dos dans le bus et nouveau contrôle d’identité!

Résultat de ces 1h30 de perte de temps : deux nouveaux tampons dans notre passeport (Yeah!) et deux kiwis de perdus (les fruits sont également non autorisés à entrer en Argentine).

Le passage d’un pays à l’autre demandant de traverser les Andes, les paysages étaient encore une fois à couper le souffle…jusqu’à ce qu’on se rapproche de El Calafate et que l’on retrouve la platitude infinie de la pampa! C’est très beau, mais quand on a vu le même paysage pendant 100km, après ça devient plaaaaaate!

Finalement, nous sommes arrivés à l’heure prévue à El Calafate, il était 13h30. Pas le temps de se reposer, on se lance à la recherche d’un bus pour El Chaltén. Nous avons de la chance, le prochain part… maintenant!

On achète nos billets en vitesse, on jette les sacs dans la soute et nous voilà de nouveau assis dans un bus (ça faisait longtemps tiens!).

C’est parti pour un autre 3h de bus. Boarf, on ne les compte plus de toute façon! 😊

Bienvenue au parc National los Glaciares !

Notre arrivée à El Chaltén se fait sous la pluie. Le bus, comme tous ceux transportant des voyageurs au village, fait une escale à la maison d’information du parc national, où une présentation de tous les sentiers alentours nous est faite, en anglais et en espagnol.

La maison du parc étant assez excentrée par rapport au centre du village et du point de départ de plusieurs sentiers, nous avons trouvé que cette présentation obligatoire était plutôt une bonne idée.

L’auberge que nous avions réservée à la va-vite dans le bus -pendant les 30 secondes de réseau qui se sont offertes à nous- se trouvait à l’autre extrémité du village. Comme il pleuvait des cordes, pas le choix de commencer notre visite de El Chaltén par… une pause goûter!

Ça ne nous arrangeait pas vraiment mais bon, on s’est forcés… FAUX!! (en fait, on adore beaucoup trop faire le goûter, mais chuuuuuut, c’est un secret!) 😊

Notre hébergement, que nous conseillons fortement (voir les conseils pratiques en bas de page) est idéalement placé au pied du départ d’une des deux randonnées les plus pratiquées du parc : le circuit Cerro Torre.

Dans cette auberge, comme dans tout le village d’ailleurs, nous avons sentis que les visiteurs étaient des amoureux de la nature, des gens qui sont là exclusivement pour randonner. Et, l’air de rien, cela fait une grosse différence avec le genre de touristes qu’on trouve habituellement dans les auberges de jeunesse de plus grandes villes.

Bref, nous avons trouvé à El Chaltén de belles personnes, partageant la plupart de nos valeurs et avec qui nous avons eu de beaux échanges!

D’ailleurs, on fait un coucou à Dimitri et nos deux amies de Belgique Béné et Maëlle, si vous nous lisez!

Vous l’aurez compris, nous avons adoré la vibe et l’ambiance de El Chaltén, petit patelin un peu bobo à échelle humaine, où beaucoup de gens habitent dans des tiny houses ou des maisons à l’architecture parfois étrange, certainement inspirée de dessins d’enfants. Il y avait très peu de voitures dans les rues et les quelques cafés et microbrasseries cool lui donnent un air relax comme on aime.

village el chaltén patagonie argentine montagne

Le seul gros problème à El Chaltén : Trouver de la nourriture pour se faire un repas digne de ce nom (ou presque) !

Il y a 4 ou 5 petites épiceries éparpillées dans le village. Chacun possède quelques catégories de produits qui lui sont propres. En s’approvisionnant dans une seule épicerie, il vous sera impossible de confectionner un plat équilibré (et encore, on n’en demande pas tant!).

Sans blague, nous avons trouvé dans une épicerie : du cacao et des pâtes. Dans une autre : du lait, de la sauce tomate et 2-3 légumes. Dans une dernière : une confiture, nos autres légumes et un morceau de viande.

Par contre, ne vous inquiétez pas, vous trouverez du coca et des boissons sucrées et autres bonbons dans toutes les épiceries! On est en Amérique du Sud quand même! Et ici, on adoooooore le sucre!

Bref, avec beaucoup de patience et un peu de créativité, l’épreuve des courses devient presque un jeu amusant!

Allez hop, on va marcher!

On n’est quand même pas venus ici pour niaiser!

Sur les 4 jours passés à El Chaltén, nous en avons passé la moitié sur les sentiers de randonnée.

Du coup, Cindy a passé deux jours sur quatre à tirer cette tronche-là! Parce que marcher, elle aime ça! 🙂

On a bien fait d’écouter notre instinct sur la météo car on a choisi (sans vraiment le faire exprès) les deux journées où il a venté et neigé (!) pour rester à la maison et nous poser un peu, travaillant sur notre super blog que vous êtes en train de lire en ce moment-même!

À El Chaltén, le vent peut être TRÈS violent! Apparemment, c’est le cas dans toute la Patagonie, mais nous avons une fois de plus eu beaucoup de chance car nous n’avons quasiment jamais eu de vent, à part à El Chaltén.

Bien franchement, nous n’avions jamais vu des rafales aussi puissantes. Celles-ci avoisinaient certaines nuits et certains jours les 100km/h. De quoi soulever tout ce qui se trouve sur le chemin (bouffe ton sable!) et faire trembler les portes et fenêtres de toute l’auberge!

Mais, tels des super-héros, nous sommes passés entre les rafales et avons pu profiter pleinement de nos deux randonnées d’une beauté incroyable (on a tellement vu de choses belles qu’on ne sait plus quel superlatif utiliser!).

Randonnée du Cerro torre

Notre première randonnée, dont le sentier part en face de la maison où nous logions, s’appelle “Cerro torre”.

Ce parcours de 18km aller-retour pour environ 8h de marche est reconnu comme étant le plus simple (après la marche d’une heure jusqu’à la cascade) du parc.

La randonnée n’est en effet pas compliquée mais pas facile non plus car elle ne cesse de monter et descendre pendant 9 kilomètres. Du coup, tu sais déjà qu’au retour, tu auras encore des montées à faire. Psychologiquement (du moins pour Cindy!), rien que là, c’est dur!

En 9km, nous traversons des paysages différents et passons des belles forêts toutes vertes à des étendues de buissons comme dans la pampa.

Si la pluie semblait être présente sur les sommets pendant toute notre montée, les nuages se sont ensuite un peu atténués pour nous laisser profiter de la vue, sans trop de vent ni de froid, pendant près d’une heure (même si on n’a jamais pu voir le sommet des tours).

Nous étions très contents de pouvoir rester tout ce temps profiter du calme et de l’immensité du lieu. En effet, tous les visiteurs n’ont apparemment pas cette chance-là à cause du temps qui change très vite en montagne et encore plus à quelques mètres d’un glacier.

L’arrivée de la randonnée nous offre un super panorama sur les fameuses « tours » qui donnent leur nom au sentier, au pied desquelles se dessine un glacier impressionnant que nous pouvions entendre craquer de temps à autre.

Le glacier se jette dans un lac, issu de la fonte de sa glace.

Quant à nous, nous pouvons longer le lac sur les « dunes » de sable et de gravier qui, fut un temps, marquaient la limite du glacier.

Bon, la descente (qui ne faisait pas que descendre) a encore une fois été interminable (près de 3h). Décidément, les randonnées aller et retour par le même chemin ne sont pas nos préférées!

Sur les différents plans de la photo, nous pouvons voir deux anciennes limites du glacier, marquées par les “dunes” de gravier.

Randonnée du Fitz Roy

Cette randonnée est certainement la plus populaire du parc car, bien qu’exigeante, elle est plutôt accessible.

D’une longueur de 20,4 km aller-retour (encore un aller-retour!) pour 8 à 9h de marche, on nous avait prévenus qu’elle était plus exigeante que celle de Cerro Torre, surtout le dernier kilomètre menant au lac au pied du sommet.

Nous avons donc triché et ne sommes pas allez jusqu’en haut, nous arrêtant un kilomètre avant la fin! En faisant ainsi, nous avons trouvé cette balade finalement moins exigeante que Cerro Torre. De plus, elle monte tout le long, régulièrement, ce qui veut dire que la descente ne fait QUE descendre, et ça c’est plus mieux bien!

C’est encore une balade magnifique, surtout lorsque nous arrivons sur un plateau immense où nous pouvons profiter des sommets à 360°! Avec la végétation au sol d’une couleur oscillant entre le vert et le doré, ce fût un gros coup de cœur photographique pour nous!

fitzroy montagne paysage patagonie el chaltén

fitzroy montagne paysage patagonie el chaltén sommet neige

La randonnée propose une alternative pour le retour en traversant via les Lagos Madre y Hija pour rejoindre le sentier du Cerro Torre. Mais, cela rajoute des kilomètres dont nous n’avions pas vraiment besoin. C’est donc au niveau de ces deux lacs que nous avons fait demi-tour pour retourner sur nos pas. On doit avouer que nous nous sommes retournés environ 50 fois sur le chemin du retour pour admirer encore une fois le massif Fitz Roy et ses paysages grandioses, et s’assurer que le tout soit bien ancré dans nos mémoires.

Des vues comme ça, on veut s’en souvenir longtemps!

Le saviez-vous?

Le Fitz Roy, également connu sous le nom de cerro Chaltén, est un sommet de granite très connu dans le monde de l’alpinisme, culminant à 3405m. Sa forme résulte de longues années de sculpture par les vents violents, la neige et la glace.

Le sommet est situé à la fois dans le parc national Los Glaciares du côté argentin et dans le parc national Bernardo O’Higgins du côté chilien.

Le sommet a été gravi pour la première fois par deux alpinistes français en 1952. Malgré sa faible altitude, cette montagne est réputée comme une des plus compliquées à gravir au monde, cela à cause de la nature très compacte du granite qui requiert un haut niveau d’escalade, ainsi qu’à cause des conditions climatiques extrêmes.

En effet, le massif du Fitz Roy, dont le sommet du même nom est le plus grand, forme une barrière entre le champ de glace sud de la Patagonie à l’ouest et la pampa sèche à l’est. De ce fait, il présente un grand nombre de microclimats, dont nous avons pu observer la grande variabilité une fois à son pied.

Par exemple, la formation du gros nuage en forme de soucoupe volante que vous voyez sur la photo ci-dessous, et qui est venu complétement envelopper la montagne, s’est faite en quelques minutes seulement! Ce type de nuage est apparemment très typique autour de ce sommet et est dû aux courant d’air circulaires autour de ce dernier.

On ne peut s’empêcher alors de penser que des alpinistes sont perchés là-bas en haut, dans le vent, le brouillard et le froid que nous pouvons voir d’où nous sommes, et ça nous fait froid dans le dos!

C’est sur ces paysages inoubliables que nous terminerons notre séjour à El Chaltén qui fut, de toute évidence, un (autre) coup de cœur de notre voyage!

Si vous venez un jour en Patagonie, assurez-vous de ne pas oublier de vous y arrêter!

Quant à nous, nous continuons notre périple direction El Calafate pour la visite du mythique glacier Perito Moreno.

CONSEILS PRATIQUES

OÙ DORMIR À EL CHALTÉN?

  • Auberge Kaiken : cette maison complète est en fait plus une grande colocation puisqu’il n’y a pas de personnel sur place. Il y a 4 dortoirs de 4 lits, spacieux. Des cases sont à disposition dans le couloir en cas de besoin mais on ne pense pas que le village soit vraiment dangereux. Il y a une grande cuisine pour se faire à manger et un salon agréable pour discuter. Le propriétaire Jorge et sa femme habitent à 3 maisons de là et viennent nettoyer la maison plusieurs fois par jour, ce qui fait que c’est vraiment nikel. Une adresse sympathique à quelques mètres du début du sentier Cerro Torre et à quelques minutes à pied du sentier Fitz Roy, mais un peu excentré par rapport au centre du village (mais c’est pas loin car ce dernier est tout petit!) (Prix : 12,50$CAD / nuit / personne en dortoir de 4, PAS de petit déjeuner inclus).

OÙ MANGER GOÛTER À EL CHALTÉN ?

  • Café del terminal (de bus) : vraiment pas le meilleur café du monde ni la meilleure ambiance de tous les temps mais ça dépanne quand vous arrivez à El Chaltén sous la pluie (comme nous!). Ils vendent un peu des souvenirs et de belles cartes postales (mais elles sont plus chères qu’en ville!).

  • Pasteleria BuenaAventura : ils ont un local spacieux et plutôt sympa, lumineux. Ils ont une bonne carte de cafés et chocolats chauds et vendent des desserts décadents.

INFORMATIONS SUR LE PARC NATIONAL LOS GLACIARES

  • C’est gratuit (pour le moment)!
  • La maison du parc se trouve à l’entrée du village quand on arrive de El Calafate. Normalement, tous les bus s’y arrêtent.
  • Pour ceux que ça intéresserait, il y a une station d’essence YPF un peu avant l’entrée du village (sur la droite en arrivant de El Calafate) mais elle ne ressemble pas du tout à une station service normale, mais plutôt un contener bleu plein d’autocollants, en plein milieu d’une cour de graviers.

COMMENT SE RENDRE À EL CHALTÉN ?

  • Plusieurs compagnies de bus proposent le trajet El Calafate – El Chaltén. Tous les prix sont les mêmes (on a demandé à toutes!). Nous sommes passés par la compagnie Chaltén Travel (Prix : 800 ARS = 28,50$CAD / personne pour 3h de route).

 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne rate plus aucun article!

Ne rate plus aucun article!

Abonne toi à la Newsletter, pour recevoir un email à chaque fois qu'un nouvel article est publié.

Vous êtes maintenant abonné!

Pin It on Pinterest