Santiago de Chile – visite de la capitale du Chili

Après notre escale coup de cœur dans la mystérieuse et colorée ville de Valparaiso, nous avons pris la route le 2 décembre 2018 direction Santiago, la capitale du Chili, située 120 km plus à l’est.

Pour ce faire, devinez-quoi?… Nous avons pris un bus! Certainement le plus court bus de tout notre séjour en Amérique du Sud d’ailleurs : il n’a duré qu’1h30! 😊

Nous avions peu d’attente concernant la ville de Santiago, les grandes villes n’étant pas forcément nos endroits préférés du voyage. En fait, nous avions surtout hâte d’y faire escale pour rendre visite à notre ami de longue date avec qui nous étions en Prépa à Grenoble : Robin!

Ce fut un grand plaisir de le revoir dans sa ville d’adoption et d’en apprendre plus sur Santiago et le Chili au travers de ses yeux et ses ressentis.

robin santiago chili capitale villeRobin, si tu nous lis, on t’envoie plein de bisous et on te dit à très bientôt!

Visite guidée de la ville – Free walking tour en français!

C’est en réalisant un tour guidé gratuit de la ville que nous avons découvert le quartier central et un peu d’histoire du pays.

Au programme pour commencer : balade dans la ville pour découvrir ses quelques fresques.

Celles ci-dessous (peintes en mai 2018) sont respectivement de INTI, jeune artiste chilien internationalement connu et de Alejandro “Mono” Gonzales, artiste d’une toute autre génération qui a commencé sa carrière comme peintre durant la campagne politique du président socialiste Allende avant d’entrer dans la clandestinité lorsque ce dernier fut détrôné par Pinochet, en 1973.

C’est donc un coin de rue important qui rassemble le travail de deux artistes notables au Chili.

grafiti santiago chili ville capitale

Nous sommes également passés devant le Palais présidentiel La Moneda. C’est ici qu’a eu lieu en 1973 le coup d’État de Pinochet qui destitua (et tua) le président socialiste populaire Salvador Allende. D’ailleurs, nous trouvons tout proche du Palais une statut à l’effigie de Allende, officiellement le premier président “hipster” au monde! (checkez ses lunettes!!) 🙂

palais moneda santiago chili ville capitale
statue salavador alende santiago chili ville capitale chile

Et puis, nous avons visité l’esthétique station de métro « Universidad de Chile » que le guide nous a vendue comme l’une des plus belles stations de métro au monde (elle fut en fait classée comme l’une des sept plus belles stations de métro au monde par la BBC en 2014).

métro santiago chile chili capitale

C’est vrai que la station est plutôt impressionnante avec sa fresque de 1200m2 appelée “Memoria Visual de una Nación”, qui raconte l’histoire du pays depuis la conquête violente par l’Espagne jusqu’à son histoire récente. Cependant, nous n’irions quand même pas jusqu’à dire que c’était la plus belle station de métro de tous les temps!

On continue l’exploration…

Le tour ne permettant pas de tout voir, nous avons continué l’exploration de la ville par nous-même.

Nous avons ainsi visité l’immense Cathédrale métropolitaine de Santiago, autour de la Place d’Armes grouillante de monde ainsi que la Basilique de la Merced, quelques centaines de mètres plus loin. On aime bien rentrer découvrir l’intérieur des églises, bien souvent de véritables chefs d’oeuvres artistiques!

À gauche, la Cathédrale métropolitaine. À droite, la Basilique de la Merced.

Le bureau de poste (« correo ») qui se trouve juste à côté de la Cathédrale vaut également la peine pour la taille de son bâtiment (classé Monument national du Chili depuis 1976), qui fut construit en 1881 sur l’ancien emplacement de la maison de Pedro de Valdivia (conquistador espagnol et premier gouverneur royal du  Chili) qui elle-même servit, jusqu’en 1846, de Palais Présidentiel.

Quelques bâtiments au centre ville

Sur la place d’Armes trône la statut du fondateur de la ville : Pedro de Valdivia (et son fidèle pigeon!)

Nous avons aussi passé pas mal de temps au Cerro Santa Lucia, une petite colline plantée au milieu de la ville (qui est en fait la cheminée d’un volcan), d’où nous avons un point de vue à 360° (l’entrée est gratuite).

Cette colline fut utilisée, à l’époque de la conquête espagnole, comme point de surveillance des peuples autochtones, par les conquistadors. Le gouverneur général espagnol (Pedro de Valdivia) y fit alors construire deux batteries de défenses, encore debout en partie.

C’est en 1910 seulement, pour le 100e anniversaire de l’Indépendance, que la colline fut transformée en parc.

Elle fut elle aussi déclarée Monument national en 1983.

Vues sur la ville depuis le Cerro Santa Lucia

Finalement, nous avons arpenté – très rapidement – les allées du Marché central qui s’avère, à notre grande déception, un bel endroit attrape-touristes où des arpenteurs vous sauteront dessus pour vous vendre quelque chose ou vous inviter dans leur restaurant!

Nous y avons acheté les fruits et légumes les plus chers de tout notre séjour en Amérique du Sud.

Le Chili, on le sait, c’est cher, mais ici c’était encore plus cher que d’habitude!

Une chance qu’il restait un peu d’authenticité dans l’allée des poissonniers pour nous remonter le moral!

Pique-nique au Cerro San Cristobal avec Robin

Robin nous a proposé de fêter nos retrouvailles autour d’un pique-nique sur le Cerro San Cristobal afin d’assister au coucher de soleil.

Non seulement nous avons passé un super moment avec Robin autour d’un bon repas pain / fromage / saucisson (ben quoi? on s’est fait plaisir!), mais nous avons aussi eu le droit à un coucher de soleil plutôt incroyable sur les bâtiments de la ville!

Le coucher de soleil sur Santiago en 4 étapes… 🙂

Nous n’avons pas pu monter tout en haut de la colline, car le téléphérique y menant était en maintenance (c’est apparemment le cas depuis plus d’un an d’ailleurs…), mais la vue depuis le bord de la route menant au sommet, que nous avons monté de presque moitié, était plutôt satisfaisante!

Note : Vous remarquerez sur ces photos que beaucoup d’édifices sont assez bas (on pourrait s’attendre à avoir plus de grands gratte-ciels), cela est dû au fait que la région soit très sismique!

Malgré toutes ces visites et ces bons moments, Santiago ne fut cependant pas pour nous un gros coup de cœur. La ville est assez polluée et, d’un point de vue touristique, manque d’attraits intéressants.

Deux jours sur place auront donc amplement suffi pour nous et nous étions contents de reprendre la route pour notre retour en Argentine, le 5 décembre 2018.

Bon, pour le coup, Mendoza, notre escale suivante en Argentine, n’aura pas été un coup de cœur non plus (décidément!)… Nous y avons fait un tour guidé de la ville pour essayer de nous faire changer d’opinion mais ça n’a pas marché!

Ainsi, nous ne ferons pas d’article pour illustrer les 3 jours passés sur place, car nous n’aurions pas grand-chose à y montrer (Sorry!).

Traversée des Andes Santiago – Mendoza

Par contre, la route entre Santiago (Chili) et Mendoza (Argentine) qui traverse les Andes, frontière naturelle entre les deux pays, est digne de mention, car elle est magnifique!

Elle tournicote pas mal pendant plusieurs heures, mais quel que soit le côté où on regarde par la fenêtre, le décor est impressionnant.

Au col, le poste frontière!

En arrivant du côté argentin, nous pouvions entrevoir (mais nous n’avons pas de photos!), caché derrière ses nuages, le plus haut sommet des Amériques : l’Aconcagua (6960m)!

À observer la vitesse avec laquelle les nuages se créaient à son sommet, on imagine à quel point le climat doit y être rude.

Son ascension jusqu’à environ 5000m d’altitude est accessible à tous. En être-humains conscients que nous sommes, nous ne l’avons bien sûr pas tenté, faute d’équipement et de forme physique suffisante, et avons préféré écouter les récits des autres voyageurs inexpérimentés qui ont failli y laisser leur vie, car non équipés et non acclimatés suffisamment à l’altitude.

L’alpinisme est un sport qui ne s’improvise pas et cela nous rend fous de voir que beaucoup de voyageurs lambdas se lancent sans réfléchir dans l’aventure, au risque de leur vie. Mais bon, c’est leur choix!

En redescendant vers Mendoza, la route longe une vieille voie ferrée à l’abandon, qui semblait, à certains endroits, complètement couverte par une structure de tôle. La ligne devait certainement servir au transport de minerais jusqu’à la vallée. Quant aux toits de tôle, était-ce pour protéger les voies de la neige?  Nous ne le saurons jamais… En tout cas, on se serait cru dans un vrai décor de film western! Il ne manquait plus que des gauchos à cheval et cela aurait été réel!

À droite : ancienne mine à ciel ouvert inondée ou lac naturel? Nous n’avons pas résolu le mystère…

Ainsi s’est déroulée notre dernière étape au Chili (nous avons décidé de renoncer au désert d’Atacama pour ce voyage-ci!).

Après notre escale dans la très polluée Mendoza qui nous aura fait perdre un demi-poumon chacun, nous prendrons la route en direction de la région de Salta, au nord de l’Argentine, que nous prendrons le temps de visiter en profondeur et qui, cette fois-ci, fut une belle découverte pour nous! 🙂

CONSEILS PRATIQUES

OÙ DORMIR À SANTIAGO?

  • MERCED 88 : Auberge de jeunesse immense située dans un grand bâtiment colonial qui fut tour à tour maison particulière de riche, ambassade de Colombie, un bordel (!) puis un centre d’accueil touristique avant de devenir auberge! C’est propre et tout neuf, mais les salles communes ne prêtent pas vraiment à la rencontre et la salle à manger résonne à vous rendre fou. Nous sommes restés dans un dortoir de 4 lits plutôt confortable qui possède tout de ce qu’on peut attendre d’un dortoir, en plus d’être joli (car dans un bâtiment bourgeois). Cependant, nous avons trouvé le personnel de chambre assez non professionnel quand nous avons retrouvé toutes nos affaires déplacées à notre retour (mais ne vous inquiétez pas, Cindy leur a fait savoir que c’était inacceptable! :)). À part ça, il y a le petit déjeuner d’inclus, le personnel de réception est sympathique et l’emplacement est très central. Du coup, on ne déconseille pas, mais on ne recommande pas vraiment non plus. On est mitigés quoi !! (Prix : 8653 CLP = 17,40 $CAD / personne / nuit en dortoir de 4).

OÙ MANGER À SANTIAGO?

On s’est surtout fait à manger à l’auberge pour économiser un peu.

Cependant, on s’est quand même fait une petite pause détente…

  • Café Original Green Roasters : petit café super sympa au personnel super et au café plutôt bon. Super pour se poser et regarder la pluie tomber!
  • Briqué Bakery : La toute petite boulangerie est située la porte juste à côté du précédent café, ils proposent de bonnes et alléchantes pâtisseries comme on pourrait en trouver chez nous. Bien sûr, un pain au chocolat n’est pas donné, mais encore une fois, ça remonte le moral!

COMMENT SE RENDRE DE VALPARAISO À SANTIAGO ?

  • Pas besoin de réserver à l’avance, il suffit de se rendre au terminal de bus de Valparaiso et acheter un billet pour Santiago. Un bus part environ toutes les 20 minutes. Nous avons voyagé avec la compagnie Pullman Bus (Prix : 6000 CLP = 12$CAD / personne).

COMMENT SE RENDRE DE SANTIAGO À MENDOZA (ARGENTINE) ?

  • Nous avons réservé la veille avec la compagnie TURBUS (en personne, en nous rendant au terminal) (Prix : 18000 CLP = 36 $CAD / personne).


 

Aucun Commentaire encore

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne rate plus aucun article!

Ne rate plus aucun article!

Abonne toi à la Newsletter, pour recevoir un email à chaque fois qu'un nouvel article est publié.

Vous êtes maintenant abonné!

Pin It on Pinterest