Saigon (Ho Chi Minh Ville) et le Delta du Mékong

Dernière étape de notre séjour au Vietnam, nous sommes arrivés le 14 juillet 2018 à Saigon où nous avons passé un total de 3 jours  avec une petite pause détente dans le delta du Mékong au milieu.

Immense ville de 8 millions d’habitants (et de 4 millions de scooters!) située au sud du Vietnam, Saigon est aujourd’hui la capitale économique du pays.

On doit l’avouer, nous n’avons pas profité de notre passage à Saigon à 200% car nous étions déjà très fatigués voire usés par notre séjour au Vietnam qui durait depuis maintenant 3 semaines.

La chaleur et l’humidité n’aidant en rien, nous avons donc visité la ville touuuuuuut doucement, sanc chercher à tout voir.

De toute façon, impossible d’essayer d’aller vite à Saigon car, tout comme à Hanoi, cela prend au minimum 5 min avant de pouvoir espérer traverser une route!

Les milliers de scooters grouillant dans tous les sens arrivent de tous bords tous côtés; Quand ça bloque un peu trop sur la route, ils n’hésiteront pas à emprunter les trottoirs, vous obligeant à longer les murs pour éviter la collision.

Les voitures sur la route, les scooters sur le trottoirs… normal!

Les bus, quant à eux, ne connaissent pas le frein et ne daigneront même pas ralentir aux intersections, obligeants piétons et scooters à s’écarter de leur chemin s’ils ne veulent pas mourir écrasés. Bref, mieux vaut prendre quelques secondes de plus parfois avant de traverser!

Une chance que nous avions fait Hanoi et le reste du Vietnam avant Saigon, comme ça on a pu rapidement s’adapter aux règles techniques de partage (ou pas!) de la chaussée.

Ce qu’on a retenu en gros, c’est bien simple : si pas de bus ni de voiture trop près, tu t’élances sur le passage piéton (qui n’est d’aucune utilité en passant!), le plus important étant de maintenir une vitesse constante pour que les scooters calculent s’ils doivent te passer devant ou derrière. Et – chose la plus importante – tu espères tout le long que ton bon karma ne te lâchera pas maintenant!

Et puis, quand on vous disait qu’un Vietnamien, ça ne marche pas mais ça roule! Saigon n’est venue que confirmer notre constatation!

Le musée de la guerre

Saigon a été marquée significativement par la guerre du Vietnam (1955 – 1975) et a été sous l’influence américaine pendant tout le conflit. De ce fait, il était impossible pour nous de manquer son fameux musée de la guerre (War Remnants Museum).

Celui-ci est réparti sur plusieurs étages et possède une impressionnante collection de véhicules et avions de guerre américains.

Le premier étage traite principalement des mouvements internationaux qui s’opposaient à cette guerre pendant le conflit ainsi qu’au travail des démineurs qui continuent aujourd’hui, des années après, à nettoyer le pays pour le débarrasser de ses UXO encore enfouis dans le sol (tout comme au Laos).

À l’étage, on trouve une impressionnante collection de photos prises pendant la guerre du Vietnam par des photo-journalistes nationaux et internationaux, dont la photo de la fameuse “fille au Napalm”, capturée par le photographe vietnamien Nick Ut et plusieurs fois récompensée.

C’est vraiment touchant de regarder ces photos, une par une, qui nous transportent au cœur du conflit, qui fut d’ailleurs un des seuls à être couvert de la sorte par les journalistes du monde entier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cette guerre, toute aussi inhumaine que bien des autres, a tant fait parler d’elle sur la scène internationale.

Des chiffres impressionnants… et désolants

Au-dessous de certaines images, des commentaires du photojournaliste précisant que cette photo a été prise juste avant que les soldats américains ne tuent cette famille ou ce rebelle, etc… C’est éprouvant de voir la peur dans leurs regards, on dirait même que certains acceptent simplement leur sort… Ce sont des femmes, des enfants, des innocents…

La dernière partie du musée traite des conséquences du Napalm et de l’agent orange sur les jeunes générations encore aujourd’hui, que ce soit au Vietnam (surtout) mais aussi aux USA.

Ces agents chimiques s’impriment dans l’ADN des personnes qui les ont côtoyés pendant le conflit et des milliers d’enfants de la génération suivante sont nés avec des malformations et maladies graves. Des centaines de photos illustrent cette réalité, si difficile à accepter.

Bref, nous recommandons à chacun venant à Saigon de visiter ce musée, certes poignant et loin d’être rigolo, afin de comprendre un peu plus la réalité du conflit qu’à été la guerre du Vietnam.

Le palais de l’indépendance

Nous avons également visité le musée et le palais de l’indépendance (aussi appelé le Palais de la réunification).

Le palais original a été construit entre 1868 et 1873 pour le roi du Cambodge Norodom 1er par les colons français sur des plans de l’architecte Achille Antoine L’Hermitte. Le palais a ensuite été utilisé comme bureau du Gouverneur de la Cochinchine, puis par le Gouverneur-général de l’Indochine française.

En 1954, après les Accords de Genève qui ont mis fin à l’Indochine française, la France transmet le palais au premier ministre Ngô Dinh Diêm qui, l’année suivante, renversa le chef de l’état en place et devint le président de la république du Sud Vietnam. Il utilisa alors ce bâtiment comme palais présidentiel.

Ce président fut très controversé et, en 1962, une tentative d’assassinat perpétré contre lui conduit au bombardement par deux avions de chasse de l’Armée du Sud vietnam, d’une partie du palais.

Devant les importants dommages subits par le palais, Ngô Dinh Diêm donne alors l’ordre de le faire démolir et de construire à son emplacement l’édifice actuel. 

Autant vous dire que l’édifice actuel est beaucoup plus…sobre et froid que l’ancien. L’intérieur est tout aussi impersonnel et manque carrément de goût selon nous. C’est limite moyen pour un palais présidentiel! 🙂


L’intérieur du nouveau palais de l’indépendance dont le style est très prout prout moche 🙂

Quoi qu’il en soit, Ngô Dinh Diêm, assassiné lors d’un coup d’État en 1963, n’aura jamais vu la fin des travaux de son nouveau palais qui fut achevé en 1966.

La première partie “Musée” retrace un peu toute l’histoire de ce palais en mettant l’emphase sur la politique du président autoproclamé. C’est très intéressant et le contenu n’est pas ennuyant.

Le palais actuel (devenu site historique en 1975 à la chute de Saigon) se visite en seconde partie. Il vaut la peine d’être vu mais est un peu plus soporifique… 🙂

La poste de Saigon

Parce que c’est un incontournable à Saigon, nous sommes allés jeter un œil au bureau de poste de Saigon. Ancien bâtiment d’architecture coloniale qui ressemble fortement à une gare en France, il est, comme toutes les postes au Vietnam, surplombé d’une immense horloge (technique pour repérer les bureaux de poste de loin au Vietnam).

Le bâtiment est beau, l’intérieur assez immense.

Au-delà de tous les petits stands de souvenirs en plastique, on y trouve quand même des comptoirs de poste, un peu trop même, si bien qu’on a du mal à savoir où aller. Vous pouvez y acheter des timbres, poster vos cartes postales et retirer de l’argent.

Ce sera sans aucun doute la Poste avec le plus de touristes que nous ayons vue de toute notre vie!

Cathédrale de Saigon

Juste à côté de la poste, donnant sur la même place, se trouve la cathédrale Notre-Dame de Saigon. De style néoromane, on lui trouve une ressemblance avec Notre-Dame de Paris. Décidément, la France est passée par là et ça se voit!

Malheureusement, nous n’avons pu la visiter puisqu’elle était fermée pour rénovation.

Cela regroupe pas mal les quelques attractions que nous avons faites à Saigon, en plus de nous être baladés dans ses rues animées. Les photos suivantes illustrent l’ambiance typiquement vietnamienne de la ville.

On retrouve le style architectural colonialiste. Le bâtiment de droite est l’ambassade de France.

Le chantier du métro de Saigon prend pas mal de place dans les rues, apparemment très en retard et à moitié paralisé à cause de défauts de paiement.

Le reste du temps, nous l’avons passé à la boulangerie « Tous les jours » (enseigne coréenne!) qui fait de succulentes pâtisseries qui font un bien fou au moral! Le magasin (il y en a plusieurs à Saigon) offre un sympathique endroit pour se reposer, et nous a permis d’étudier le parcours de notre prochaine destination, l’Indonésie.

Cindy qui s’empiffre de sucreries!

Finale de la coupe du monde 2018

Et oui, comme tout le monde (ou presque), on a regardé jouer nos bleus pour la finale de la coupe du monde! La rue des backpackers de Saigon, Bui Vien, qui se trouvait à 50m de notre hôtel avait, pour l’occasion, dressé un écran géant au bout de la rue, nous permettant d’assister au match.

Bon, on a été debout pendant deux heures mais c’est mieux que rien non!?

La foule qui assiste au match dans la rue Bui Vien à Saigon

Quels moments rigolos de voir la réaction des vietnamiens lorsque notre gardien national a fait sa boulette devant les cages, nous coutant un but. Ils rigolaient tous très forts.

Étonnamment, la foule était partagée à 50-50 entre les supporters de la France et ceux de la Croatie. Mais nous soupçonnions beaucoup d’entre eux d’acclamer chaque but, dans les deux camps!

Finalement, ce fut une soirée sympathique, avec un peu d’ambiance, mais pas trop! La retenue asiatique était de mise! 😊

Pause détente dans le delta du Mékong

Nous nous sommes octroyés un 2 jours et 3 nuits de pause détente dans le delta du Mékong, sur l’île de la Licorne à My Tho, dans le très cosy Island Lodge, tenu par un ami de la famille de Cindy.

Ce fut une belle occasion pour elle de revoir Michel, le propriétaire, qu’elle n’avait pas vu depuis des années.

Michel a réalisé un de ses rêves les plus chers dans ce pays qu’il aime tant en bâtissant ce Lodge, où il allie détente, relaxation et bonne nourriture. Son but est que les gens qui viennent au Lodge puissent complètement décrocher de la vie active et stressante dans laquelle ils vivent habituellement.

L’endroit est effectivement paradisiaque, d’un calme pacifique. Nous pouvons y observer passer les bateaux sur le Mékong tout proche depuis le balcon de notre spacieuse chambre ou bien depuis la piscine.

Notre belle chambre confortable au Island Lodge!

Bien sûr, cet endroit n’est financièrement pas à la portée de backpackers comme nous et nous remercions chaleureusement Michel de nous avoir accueillis en amis pour nous permettre de passer un peu de temps chez lui.

Nous sommes partis une journée explorer l’île de la Licorne à vélo, loués au Lodge. Quel plaisir d’évoluer dans un endroit sans aucun touriste, parmi les locaux.

Admirez donc le style de Steven sur son magnifique vélo!

Le Lodge propose aussi des expéditions en bateau au départ de leur ponton, mais nous n’avons pas testé l’expérience.

Bref, ce furent pour nous deux journées de repos, dans un confort que nous ne nous étions jamais alloués jusqu’ici et qui nous permit de passer du bon temps avec Michel.

 

De retour à Saigon, nous avons pris l’avion le lendemain direction l’Indonésie, prochain pays de notre voyage autour du monde!

CONSEILS PRATIQUES

OÙ DORMIR À SAIGON?

    • Giang Son 3 Hotel : Hotel super bien situé, à 50m de la rue Bui Vien. Nous avons pris une chambre avec petite fenêtre et nous étions très au calme. Chambre très propre et spacieuse, idem pour la salle de bain. Bon service de laundry. Personnel sympathique qui fait souvent la sieste! ahah. Petit déjeuner inclus et servi dans la mini cour intérieure de l’hôtel, c’est un cadre sympa. Prix 24$CAD: /nuit pour une chambre double. 

 

    • Saigon Smile Hostel : Hôtel très bien situé dans une petite ruelle typique de Ho Chi Minh, à deux pas de la rue animée Bui Vien. C’est pas fou fou (déco plutôt moche et clim qui fuit au sol) mais c’est propre et ça fait l’affaire! Petit déjeuner inclus (Prix : 16$CAD/nuit pour une chambre double).

 

    • In the Woods Hostel (on ne recommande pas!): Petit hotel un peu en retrait de la rue principale, à 10min à pied de la rue Bui Vien, nous avions été attirés par sa décoration atypique et sympathique (ça rendait bien sur les photos!). Nous devions y passer deux nuits mais nous y sommes restés une seule…  la raison : les murs sont complétement rongés par l’humidité et la moisissure se sent et se ressent à un point tel que cela grattait Cindy de partout pendant la nuit. La salle de bain était minus et les branchements de plomberie plus que douteux (en Asie c’était souvent douteux mais alors là c’était niveau 10!).  On avait une petite chambre avec petit fenêtre en hauteur, nous ne savons pas ce que donnent les chambres avec balcon… Finalement, le responsable de l’hotel n’étant jamais sur place, c’est moyen pour laisser nos sacs dans le hall après le check out pendant qu’on visite. Un point bonus cependant pour le sandwich aux oeufs du petit déjeuner qui faisait changement! (Prix : entre 16 et 18$CAD / nuit pour une chambre double avec mini fenêtre au plafond – on se souvient plus exactement!)

 

OÙ DORMIR DANS LE DELTA DU MEKONG?

    • The Island Lodge : Magnifique havre de paix tenu par un couple de français passionnés par le travail bien fait, c’est un lieu à l’écart des lieux touristiques pour se reposer et se relaxer. Chambres avec vue sur piscine ou petits bungalow dans le jardin magnifiquement paysagé, il y a un spa ainsi qu’un bar et un restaurant dans l’hôtel.
      Prix d’une nuitée à partir de 195$US (ce n’est pas dans le budget des backpackers!). Petit déjeuner à volonté inclus dans le prix de la nuitée.

 

OÙ MANGER À SAIGON?

 

    • La crêperie Saigon : un choix gourmand de crêpes et de gaufres qui remonteront le moral à tous les francais en manque de crêpes! Si vous avez une petit envie sucrée lors de votre passage en ville, c’est l’adresse qu’il vous faut! Service disponible en français et anglais.

 

  • Boulangerie Tous les Jours : pour les petites envies sucrées et salées qui changent un peu du riz et des nouilles! 🙂 Il y a plusieurs succursales dans la ville.

 

COMMENT SE DÉPLACER?

 

    • Dans Ho Chi Minh et depuis My Tho : Réseau de bus locaux assez dense et vraiment pas cher. Il n’y a pas encore de métro de disponible, le projet de construction s’éternise!

 

    • Jusqu’à My Tho: prendre un bus depuis le district 5 de Saigon. L’arrêt de bus de My Tho est situé dans un batiment qui ressemble à tout sauf à un arrêt de bus! Ensuite pour se promener dans les alentours, le mieux est de louer un scooter ou un vélo.

 

    • De Dalat jusqu’à Ho Chi Minh Ville : Bus couchettes avec la compagnie aux bus oranges Futabus (Prix 220 000 VND = 12$CAD / personne). Le gros bus vous dépose le long d’un grand axe de la ville (un peu au milieu de nul part) mais un autre petit bus prend le relais pour vous emmener dans le district 1 (à quelques pas de la rue des backpackers Bui Vien – Adresse : 272 Đường Đề Thám, Phường Phạm Ngũ Lão, Quận 1, Street Quận 1 Hồ Chí Minh, Vietnam).

 

ACTIVITÉS À FAIRE À SAIGON:

    • Musée de la guerre (War Remnants Museum) : Il est assez poignant parfois mais nous le conseillons pour mieux comprendre les réalités et les conséquences du conflit (Prix d’entrée : 40 000 VND = 2.25$CAD par personne – c’est ce qu’on a payé même si j’ai l’impression qu’on nous a arnaqué sur ce coup-là!).

 

  • Palais de l’indépendance (ou de la réunification) : Deux parties se visitent : La partie Musée et le palais en lui-même. Les billets sont vendus séparément. On conseille de voir les deux, tant qu’à être là! 🙂

 


 

 

Tags:
Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest